Jamal Khashoggi aurait été tué par accident

Xavier Trudeau
Octobre 17, 2018

Des médias américains ont rapporté lundi que l'Arabie saoudite envisageait de reconnaître que Jamal Khashoggi est mort lors d'un interrogatoire qui aurait mal tourné à son consulat à Istanbul. Les autorités turques citées par The Guardian ont déclaré que le corps du journaliste aurait été transporté depuis le consulat dans un camion noir qui avait été filmé par des caméras dissimulées. Ryad assure jusqu'ici qu'il a quitté la représentation diplomatique peu de temps après, mais n'a pas été en mesure d'en apporter les preuves. Selon les autorités turques, il a été assassiné dans ces locaux par une équipe venue d'Arabie saoudite.

Si la nouvelle version que s'apprêterait à livrer Riyad peut augurer d'une sortie de crise après une montée des tensions entre l'Arabie Saoudite et ses partenaires occidentaux, elle risque de se faire au prix du maintien de zones d'ombres autour de la disparition du journaliste saoudien.

La directrice du FMI Christine Lagarde en Indonésie Ile 9 octobre 2018. Des partenaires prestigieux ont annoncé ne plus participer au "Davos du désert", la deuxième édition de la conférence "Future Investment Initiative", organisée du 23 au 25 octobre à Riyad.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 se sont dits mardi "très préoccupés" par la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, et ont appelé à une enquête "minutieuse, crédible, transparente et rapide" de la part de l'Arabie Saoudite, selon un communiqué.

Pour le New York Times, la position des suspects au sein du gouvernement saoudien et les liens de plusieurs d'entre eux avec le prince héritier "pourraient rendre beaucoup plus difficile de l'absoudre de toute responsabilité" dans la disparition de Jamal Khashoggi, qui vivait aux Etats-Unis depuis 2017.

Le New York Times ajoute que trois autres suspects - qu'il identifie comme Abdulaziz Mohammed al-Hawsawi, Thaar Ghaleb al-Harbi et Muhammed Saad Alzahrani - ont été liés par des témoins ou d'autres sources aux services de sécurité attachés au prince de 33 ans. Cette argutie laissait planer le doute sur l'avènement d'une thèse saoudienne appropriée, mettant en cause les seuls agents identifiés au cours du rapt et de l'assassinat du journaliste.

Le quotidien affirme avoir confirmé par lui-même qu'"au moins neuf des quinze (suspects) ont travaillé pour les services saoudiens de sécurité, l'armée ou d'autres ministères". C'est ce qu'a avancé lundi le président américain, Donald Trump, interrogé au sujet du chroniqueur du Washington Post disparu depuis deux semaines.

Lundi matin, la Bourse saoudienne est repartie à la hausse au lendemain d'une sévère chute sur fond de tensions liée à la disparition de M. Khashoggi.

Mercredi, M. Pompeo a rencontré à Ankara le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s'est lui aussi à ce stade gardé d'incriminer ouvertement Ryad. He was with Secretary of State Mike Pompeo.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL