L'électrique moins cher que l'essence à l'usage — Automobile

Xavier Trudeau
Octobre 12, 2018

Faire émerger une réelle offre alternative
Afin de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre dans les transports, l'UFC-Que Choisir " appelle le gouvernement à imposer aux constructeurs une information sur le coût global des véhicules (...) pour faire émerger une réelle offre alternative aux véhicules essence et diesel ".

Alors que la 120e édition du Salon de l'automobile de Paris, qui se tient jusqu'au 14 octobre, consacre la voiture électrique comme le véhicule du futur, une étude publiée ce mercredi 10 octobre par l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révèle que les voitures électriques sont, après quelques années d'utilisation, moins chères à l'usage que leurs pendants à motorisation thermique (essence ou diesel). Ainsi, pour une voiture neuve, "le coût total d'un véhicule électrique est plus faible que celui d'un diesel (coût total de propriété inférieur de 3%) ou d'une essence (5%) dès quatre ans de possession", grâce à la prime à l'achat en vigueur en France et un coût en énergie largement inférieur, affirme l'association. "Le gain de pouvoir d'achat, par rapport au diesel, atteint 940 € par an, soit un coût total de propriété inférieur de 28 % pour une seconde main, et 1 017 € par an, soit -37 %, pour une troisième main", affirme l'UFC-Que Choisir.

Quid des véhicules hybrides?

Ce résultat s'explique par le fait que les véhicules électriques représentent un coût en énergie de 188 euros par an, bien inférieur à celui d'un véhicule diesel (1.181 euros par an) ou essence (1.461 euros par an), explique l'association.

Si le développement des véhicules électriques en zone urbaine apparait salutaire d'un point de vue sanitaire, d'un point de vue économique, c'est en zone rurale que la voiture électrique se distingue. Grâce à une distance moyenne parcourue plus importante, le coût de détention d'une voiture électrique de 1 main en zone rurale est 5 % inférieur à celui d'un véhicule diesel (soit 352 €/an d'économie), alors qu'il est équivalent en zone urbaine.

Malgré la multiplication par plus de deux des infrastructures de recharge en cinq ans (187 200 bornes au premier trimestre 2018) et l'amélioration de l'autonomie des voitures, les ventes de véhicules électriques et hybrides peinent à décoller avec moins de 2 % de part de marché. Il faut donc les changer régulièrement. Des calculs réalisés par un cabinet indépendant (Elementary Energy), pour une étude technique financée par la fondation European Climate Foundation (ECF). Les données récoltées ont été calculées pour une berline moyenne (type Renault Mégane, Peugeot 308, etc.).

Cela, en tenant compte d'un kilométrage annuel qui décroit progressivement: 15.000 km par an sur une durée de 4 ans, 12.000 km (5 ans) et 10.000 km (7 ans), respectivement en 1, 2 et 3e mains.

Chiffres de l'observatoire et des statistiques sur la période 1999 et 2017.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL