Le Brent à plus de 86 dollars — Pétrole

Xavier Trudeau
Octobre 7, 2018

Les prix du pétrole ont clôturé mercredi à leur plus haut niveau depuis 2014 à New York et à Londres, poussés par des commentaires de responsables américains sur l'Iran remettant sur le devant de la scène les sanctions imminentes contre le pétrole iranien. Il est monté dans la journée jusqu'à 76,90 dollars.

Toujours plus haut à un mois de l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre l'Iran!

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre cédait 13 cents à 74,20 dollars une heure après son ouverture.

Les investisseurs s'arrêteront peut-être plus longuement sur les données officielles de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), qui seront publiées en cours de séance.

A partir de début novembre, Washington sanctionnera en effet toute entreprise qui importera du pétrole iranien, ce qui a déjà conduit une grande partie des acheteurs à se détourner de l'or noir venu du troisième plus grand producteur de l'Organisation.

Poutine a affirmé que le prix du brut est "essentiellement le résultat des activités de l'actuelle administration américaine" et "de sa politique irresponsable qui a un impact direct sur l'économie mondiale". Ce seuil psychologique des 80 dollars a été franchi après la décision de l'Opep et de ses alliés de ne pas augmenter la production, prise le 23 septembre à Alger.

Le gouvernement espérait vendre 2,4 millions de barils par jour pendant l'année calendaire iranienne en cours qui a commencé mi-mars, mais en réalité, il a exporté 2,5 millions de barils, a-t-il ajouté. Présidé par le ministre saoudien de pétrole et coprésidé par son homologue russe, le JMMC est composé de quatre pays membres de l'Opep (Algérie, Arabie Saoudite, Koweït et Venezuela) et de deux pays non membres (Russie et Oman), le JMMC est chargé de veiller à ce que les objectifs de cette Déclaration de coopération soient réalisés grâce à la mise en œuvre des ajustements volontaires de la production de pétrole des pays Opep et non-Opep signataires de cette Déclaration.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL