Le Medef plaide pour un renforcement des contrôles — Arrêts maladie

Evrard Martin
Octobre 20, 2018

Pour le Président du MEDEF, "Le gouvernement n'est pas allé au bout du diagnostic en ne regardant que la dépense". Les cotisations sociales ont donc progressé plus vite que les dépenses.

Les propositions du Medef pour lutter contre l'augmentation des arrêts maladie ne plaisent pas du tout aux représentants des médecins du Périgord. Résultat, on constate une forte hausse du nombre d'indemnités journalières chez les plus de 50 ans (+ 21,2 %). Le gros de la dépense provient des arrêts longs de plus de six mois, qui pèsent 44 % de la dépense (...) Les employeurs sont déjà des financeurs importants de cette dépense, ils sont largement responsabilisés sur le sujet et ont fait de gros efforts en matière de prévention.

Du côté du Dr Jérôme Marty, président de l'UFML (Union française pour une médecine libre) il vaudrait sans doute mieux que Monsieur Roux de Bézieux s'occupe de ses affaires: "ce n'est pas son rôle de s'occuper des arrêts de travail!"

Pour maîtriser le coût des indemnisations des arrêts maladie, Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, demande le renforcement des contrôles de l'Assurance maladie. Il souhaite également la création d'"un parcours de prescription unique" avec un seul médecin prescripteur d'arrêts pour chaque patient, afin d'empêcher les malandrins de faire le tour des cabinets médicaux en quête d'un arrêt. Il y a en moyenne 17,2 jours d'absence pour maladie en France, contre 15 jours en Allemagne, 14 jours en Belgique, 10 jours en Espagne et 5 jours en Grande-Bretagne.

Le nouveau chef du syndicat patronal estime qu'"il pourrait, par exemple, y avoir un contrôle systématique après le quatrième arrêt prescrit". Ou encore en "valorisant" le "dispositif de contre-visite médicale à l'initiative de l'employeur".

"Enfin, nous pourrions ouvrir la possibilité d'affecter une part de la cotisation de 2% réservée au financement du haut degré de solidarité dans les régimes complémentaires vers des actions de prévention des arrêts de travail et de la désinsertion professionnelle", avance le président du Medef. Mais en tout cas pour lui une chose est sûre: "L'effort doit être collectif". Qui préconise également de renforcer les contrôles, sur les salariés, mais aussi sur les médecins.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL