Le service de vélo électrique d'Uber s'invite en France l'année prochaine — Jump

Xavier Trudeau
Octobre 22, 2018

La particularité de la flotte de Jump, à l'inverse de celles d'acteurs tels que Ofo ou Mobike, est qu'elle se compose uniquement de vélos électriques. Un concurrent de plus pour le réseau Vélib' et ses plus de 800 vélos électriques (sur un peu plus de 5 000 Vélib'). Il tire son nom de la marque de bicyclettes partagées que vient d'acheter Uber, et qui s'apprête à débarquer en Europe.

Une solution en libre-service que le groupe a l'intention de lancer "début 2019" dans les rues parisiennes, selon Steve Salom, directeur général d'Uber pour la France, la Suisse et l'Autriche.

Uber promet un vélo robuste, rouge, de la marque Jump, avec trois vitesses et bridés à 25 km/h pour ce qui est de la propulsion électrique. Un cadenas en forme de U permettra de l'accrocher au mobilier urbain. "L'idée est de devenir rapidement un acteur majeur", a relevé la porte-parole, présentant l'engin au salon de la mobilité urbaine Autonomy à Paris.

Le concept se base sur celui des vélos déjà proposés en location dans les grandes villes, Uber et d'autres services ayant déjà décliné le concept avec des scooters électriques ou trotinelles.

Après avoir collaboré avec Jump pour Uber Bike, le leader mondial du VTC qui cherche à multiplier les moyens de transport proposés à ses usagers avait décidé de racheter la start-up californienne spécialiste du vélo-partage électrique.

Pour le réserver, le déverrouiller et le reverrouiller, il suffira de passer par l'application Uber de réservation de VTC. A titre de comparaison, aux Etats-Unis, où le système est déjà déployé notamment à San Francisco, enfourcher le deux-roues coûte 2 dollars les 30 premières minutes (1,75 euro) puis 7 cents (environ 6 centimes) la minute supplémentaire.

Uber arrive donc sur un nouveau marché en Europe, ...

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL