L'Inde acquiert des systèmes antiaériens russes, malgré les avertissements de Washington

Claudine Rigal
Octobre 8, 2018

Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, a confirmé au téléphone à Sputnik que Vladimir Poutine et Narendra Modi avaient signé vendredi un contrat pour la livraison de systèmes de défense antiaérienne S-400 en marge de la venue du Président russe à New Delhi.

Les négociations pour l'acquisition de ce dispositif de missiles sol-air étaient en cours depuis de nombreux mois mais butaient sur les menaces de sanctions brandies par les États-Unis en cas d'achat d'armement russe. Les livraisons doivent débuter d'ici fin 2020, a précisé cette source. Pour ce faire, le Congrès américain s'était arrangé d'ailleurs pour adopter à la vitesse de l'éclair, en 2017, une loi imposant des sanctions économiques contre toute entité ou pays qui conclut des contrats d'armement avec des entreprises russes.

Leur crainte est d'autant plus grande qu'ils savent que tout le monde a compris que derrière les sanctions contre Moscou se cache en réalité une tentative sournoise du complexe militaro-industriel américain de débaucher les clients de la Russie, d'imposer son hégémonie sur les marchés de l'armement et d'empêcher que certains pays se donnent les moyens de défendre et de rester autonomes.

Le système de missiles anti-aériens S-400 déployé en Russie. "Aujourd'hui nous avons pris des décisions qui renforceront encore nos relations sur le long terme", a déclaré le nationaliste hindou Narendra Modi.

Après des pourparlers informels vendredi, les deux parties devraient signer une série d'accords, dont un nouveau mécanisme de coopération spatiale.

L'Inde espère obtenir une dérogation de Washington mais n'a pour l'instant reçu de sa part que des mises en garde. Les États-Unis peuvent toutefois difficilement se permettre de froisser leur allié indien, les deux puissances ayant le même intérêt à contrebalancer la montée de la Chine en Asie.

La défense est la pierre angulaire des liens diplomatiques entre la Russie et l'Inde, qui entretiennent historiquement une relation bilatérale privilégiée.

New Delhi a ainsi prévu de dépenser des dizaines de milliards de dollars pour mettre à niveau ses équipements militaires, politique dans laquelle s'inscrivent l'achat des S-400 russes et avant cela de 36 avions de chasse Rafale à la France en 2016. Ce dernier est souvent obsolète et insuffisant pour faire face aux mutations géopolitiques de la région, notamment l'affermissement de la Chine.

Selon les experts, les S-400 russes et la sophistication de leur technologie viendraient combler une carence stratégique des capacités de défense de l'Inde. "Cet accord démontre le degré le plus élevé de confiance et de compréhension entre l'Inde et la Russie", a déclaré dans un communiqué Sergueï Tchemezov, PDG du conglomérat public russe d'armement Rostec.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL