"Momo challenge": enquête ouverte après la mort d'un adolescent en Bretagne

Claudine Rigal
Octobre 23, 2018

C'est ce qu'a signalé le parquet de Rennes. "Nous suspectons qu'il a participé au Momo Challenge, je recherche toute personne qui pourrait nous aider ou témoigner", a écrit son père sur Facebook mercredi dernier.

Les jeux dangereux auxquels s'adonnent volontairement ou non les adolescents ne cessent de se multiplier depuis quelques temps.

Une forme de cyber harcèlement pris très sérieux par les forces de police.

L'adolescent a été découvert il y a une semaine durant le week-end, dans sa chambre, pendu avec sa ceinture de kimono, "alors qu'il avait plein de projets". Le procureur investigue la possible qualification de " provocation au suicide sur des mineurs de 15 ans ".

Les parents de l'adolescent affirment qu'il participait au " Momo challenge ", jeu qui avait déjà causé des bleus et des scarifications. La famille veut avant tout alerter pour éviter, dit-elle, d'autres drames de même nature. Toutefois, ses parents ont précisé qu'il jouait beaucoup au "Momo challenge", jeu macabre accessible sur la messagerie instantanée WhatsApp. Mais, pour ces derniers, c'est clair: il ne s'agit pas d'un suicide, mais des tristes conséquences du fameux "Momo challenge". Les usagers qui répondent à des messages WhatsApp de "Momo" reçoivent des menaces les enjoignant d'accomplir certaines tâches potentiellement dangereuses. "Vont être exploités l'ensemble des éléments, le téléphone, l'ordinateur" de l'adolescent, a indiqué le procureur.

Avant la rentrée, un député du parti présidentiel La République En Marche (LREM) Gabriel Attal, devenu récemment secrétaire d'Etat auprès du ministre français de l'Éducation nationale, avait adressé une question au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb pour l'alerter sur les dangers du "Momo Challenge".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL