Pourquoi le taux de pauvreté n'a pas baissé en 2017

Xavier Trudeau
Octobre 11, 2018

Un squat, Porte de la Chapelle, à Paris. En 2017, quelque 8,8 millions de personnes vivaient en situation de pauvreté monétaire, c'est-à-dire sous le seuil de pauvreté fixé autour de 1.026 euros par mois, indique cette publication s'appuyant sur la méthode de la micro-simulation fondée à partir d'un échantillon représentatif de ménages.

C'est mieux que si c'était pire.

La population française compterait 14% de pauvres en 2017, selon une première estimation de l'Insee.

Le taux de pauvreté est stable par rapport à 2016, année où il avait reculé de 0,2 point "après deux années de hausse" consécutives en 2015 et 2014, précise l'Insee.

Pour l'Insee, la stabilité surprise du taux de pauvreté serait la conséquence de deux phénomènes jouant en sens inverse.

Mais cette amélioration " serait compensée par un effet redistributif des transferts sociaux et fiscaux un peu amoindri en 2017, du fait notamment de certaines mesures sociales et fiscales intervenues en 2017 ", explique l'Insee, qui évoque deux mesures. "De plus, le chômage de longue durée a reculé pour la première fois depuis 2009, ce qui a soutenu le revenu avant redistribution des moins diplômés et qualifiés".

Malgré l'amélioration de la conjoncture, en 2017, le taux de pauvreté est resté stable, à 14 %, du fait de certaines mesures comme la baisse des APL, selon l'Insee. D'une part, " la baisse des aides au logement et du seuil de versement de 5 € par mois pénalise les ménages les plus modestes ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL