Sahara occidental: Quand les jeunes revendiquent la voie des armes

Claudine Rigal
Octobre 21, 2018

"Le Sahara occidental est une question de décolonisation opposant le Front Polisario au royaume du Maroc sur un territoire inscrit à la liste des territoires non autonomes, en attendant la pleine mise en œuvre de la résolution historique 1514 de l'Assemblée générale", qui consacre le principe de l'autodétermination et de l'indépendance des peuples colonisés, a déclaré l'ambassadeur algérien lors de son intervention à la quatrième commission de l'ONU, chargée de la décolonisation.

"Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, avait rappelé en début de semaine que les quatre parties invitées " à la table des négociations " devaient venir " de bonne foi et sans pré-conditions ". L'ordre du jour n'est pas détaillé et l'émissaire demande aux destinataires de lui soumettre des propositions à cet égard.

Pourra-t-il sortir le conflit sahraoui de l'immobilisme dans lequel l'a laissé l'émissaire américain de l'ONU après huit années de travail?

Soutenu par Alger, le mouvement indépendantiste du Front Polisario réclame un référendum d'autodétermination pour le Sahara occidental, une région au sous-sol riche en phosphates et dotée d'eaux poissonneuses.

Le Maroc rejette toute solution autre qu'une autonomie sous sa souveraineté pour le Sahara occidental.

L'ONU est intransigeante quant à la zone située à l'Est du dispositif de défense au Sahara et somme le "polisario" à cesser et à s'abstenir d'y transférer des éléments armés ou des infrastructures administratives, a relevé le ministre, soulignant que " toute violation de cette situation met le polisario, et derrière lui l'Algérie, en confrontation non seulement avec le Maroc, mais aussi avec l'ONU".

La 4ème Commission de l'ONU, qui s'est tenue récemment, a permis de souligner que la question du Sahara n'est pas une affaire de décolonisation, mais une question d'intégrité territoriale face à un projet sécessionniste, a dit M. El Khalfi. Pour sa part, le Conseil de sécurité des Nations unies, réuni jeudi dernier à New York, avait apporté son appui aux efforts entrepris par l'émissaire onusien, Horst Köhler, pour organiser la première série de négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc à Genève, appelant les deux parties au conflit, le Maroc et le Front Polisario, à s'engager dans ces discussions de bonne foi et sans conditions préalables.

Dans ce conflit, la Mauritanie connaît en effet un déchirement ethnique en raison d'une population de "tribus maures qui sillonnent ce vaste désert et qui n'ont jamais connu de frontières entre ce qui s'appelle aujourd'hui l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL