Une ourse slovène a été réintroduite dans la montagne — Pyrénées-Atlantiques

Xavier Trudeau
Octobre 5, 2018

"Ce n'est pas banal de réintroduire une espèce qui est menacée aujourd'hui d'extinction dans les vallées du Béarn où il n'y avait plus que deux ours mâles", souligne dans une vidéo le ministre, qui promet dans le même temps la poursuite du "dialogue" avec les opposants.

François de Rugy avait annoncé leur réintroduction prochaine lors d'un déplacement à Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 20 septembre dernier.

Car les opposants, déterminés à "enlever les ourses par tous les moyens possibles", étaient depuis des semaines sur le pied de guerre. Répartis sur des points stratégiques, ils ont tenté de repérer et arrêté dans la nuit les véhicules susceptibles, selon eux, de transporter un ours.

Au barrage de Sarrance, le maire de la commune, Jean-Pierre Chourrout-Pourtalet, assure qu'on va "traquer les ours".

Par ailleurs, alors que les éleveurs avaient ciblé la vallée d'Ossau comme théâtre du premier lâcher, et notamment le secteur entre Etsaut et Urdos, le plantigrade pourrait avoir été acheminé dans la vallée du Barétous, à la frontière entre Béarn et Pays Basque, sur la commune d'Arrête qui avait pourtant pris un arrêté interdisant la divagation d'ours sur son territoire, rappelle le journal agricole Le Sillon.

Un peu plus loin, des tracteurs coupent la route.

La nuit tombe. Des bergers, désormais une trentaine, tirent des fusées de détresse et quelques feux d'artifice. Un feu a été allumé dans un bidon sur le bord de la route, un pique-nique s'organise. Les téléphones sonnent. Chacun y va de sa théorie sur le lieu de lâchage. À Lourdios-Ichère, on signale un hélicoptère. "On va la guetter", dit ce chasseur, aujourd'hui sans armes. "La population est déterminée". Elle se heurte à l'opposition de nombreux éleveurs et bergers.

"C'est une bonne avancée pour la biodiversité", ajoute un membre - qui ne veut pas être nommé - du groupe Pé Descaous, qui soutient la cohabitation avec les ours, "on s'est toujours adaptés à la vie en montagne, aux intempéries et aux prédateurs et on va continuer". Les barrages avaient été levés en milieu de matinée et la circulation est redevenue fluide, aucun axe n'a été à nouveau bloqué, a précisé la gendarmerie en début de soirée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL