Y a-t-il eu entente sur le prix du jambon — Consommation

Xavier Trudeau
Octobre 21, 2018

Une enquête est en cours. En effet, des industriels de la charcuterie se seraient mis d'accord, tant sur les prix à l'achat de certains produits alimentaires que sur ceux à la vente auprès des distributeurs, révèle Le Monde.

Quatorze entreprises sont soupçonnées d'avoir joué un rôle à des étapes différentes de la chaîne de production et de distribution de charcuteries. Parmi eux, on retrouve Fleury Michon, Les Salaisons celtiques (Intermarché) ou encore le groupe Nestlé.

Pour Fabrice Carlier, délégué général de l'association de consommateurs CLCV, cela prouve que contrairement au discours traditionnel sur la guerre des prix qui bénéficient aux consommateurs, "il y a aussi des ententes sur les prix qui sont à la fois préjudiciables pour les consommateurs et pour les agriculteurs". L'Autorité de la concurrence confirme l'existence du dossier, mais refuse de s'exprimer sur l'affaire en cours. Parmi les acteurs, la société Campofrio Food, qui possède la marque Aoste, a, comme le prévoit la loi, demandé une procédure de clémence, de manière à diminuer sa sanction en contrepartie d'informations. Idem pour le groupe Coop, une enseigne de supermarchés suisse, qui a notamment acquis la société Salaison Polette.

Un paquet de jambon Fleury Michon (image d'illustration).

L'Autorité française de la concurrence a engagé une enquête portant sur une possible entente sur les prix du jambon impliquant 14 entreprises, sur une période allant de janvier 2011 à avril 2013, rapporte ce vendredi le quotidien Le Monde.

L'Autorité de la concurrence a lancé une enquête pour faire la lumière sur des soupçons d'entente sur les prix du jambon de la part d'une quinzaine d'entreprises. Elle s'intéresse plus largement aux produits de charcuterie vendus dans les grandes surfaces, sous marque de distributeurs ou premier prix. Des perquisitions auprès des industriels ont été réalisées cette année-là et des documents et ordinateurs ont été saisis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL