Affaire Khashoggi: le président Trump n'exclut pas l'implication du prince héritier saoudien

Claudine Rigal
Novembre 21, 2018

Le président américain y énumère toutes les raisons qui rendent l'alliance avec l'Arabie saoudite importante à ses yeux: lutte contre l'Iran, combat contre le " terrorisme islamique radical ", vente d'armes américaines au royaume et stabilité des prix du pétrole, dont Riyad est le premier exportateur mondial. Un nom revenait sans cesse dans les investigations, celui du prince héritier, Mohamed Ben Salmane.

Au milieu du tumulte international provoqué par l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, des membres de la famille dirigeante saoudienne se mobilisent pour empêcher le prince héritier Mohammed Ben Salmane de devenir roi. "Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique - peut-être, peut-être pas!" a écrit le président américain dans un communiqué.

Donald Trump a une nouvelle fois mis en doute les conclusions de ses agences de renseignement bien que la CIA soit parvenue, "avec un haut degré de certitude", à la conclusion que Mohammed ben Salman était le commanditaire de l'assassinat.

Ayant annoncé un "rapport complet" de la CIA pour faire la lumière sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, Donald Trump a publié mardi un communiqué inimitable avant de s'en aller gracier deux dindes, Peas et Carrots, puis de s'envoler pour Mar-a-Lago, en Floride, où il passera le long pont de Thanksgiving.

L'autre préoccupation avancée par Donald Trump pour refuser une condamnation du régime saoudien est le rôle que joue l'Iran au Moyen-Orient, au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban. Et " les États-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l'Arabie saoudite ". M. Trump s'est entretenu samedi par téléphone avec la directrice de la CIA Gina Haspel et avec le secrétaire d'État Mike Pompeo, a indiqué la porte-parole de la présidence, Sarah Sanders.

La plupart des exécutants sont connus, et Washington a imposé la semaine dernière des sanctions financières contre 17 d'entre eux au moment où la justice saoudienne annonçait également une série d'inculpations.

Le Congrès américain, jusque dans les rangs républicains du président Trump, demande toutefois à Washington d'aller plus loin, et de sanctionner les commanditaires.

Le président américain a ajouté que le Congrès, où les démocrates ont repris la majorité à la Chambre des représentants, pouvait "s'engager dans une direction différente" mais a prévenu qu'il ne prendrait en compte que les propositions "conformes" à la sécurité nationale américaine.

"Le Congrès doit maintenant se dresser avec une détermination bipartisane (.) et adopter une législation pour répondre à tous les crimes saoudiens", a aussi lancé la sénatrice démocrate Jeanne Shaheen, dénonçant "l'habitude" de Donald Trump "à donner raison à des dictateurs meurtriers plutôt qu'aux professionnels du renseignement américain".

Donald Trump lui-même souffle le chaud et le froid.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL