AS Monaco : vers une démission de Dimitri Rybolovlev?

Solenn Plantier
Novembre 17, 2018

Une semaine après l'inculpation de Dimitri Rybolovlev, l'actionnaire principal de l'AS Monaco, pour "trafic d'influence actif", "corruption active " et "recel de violation du secret de l'instruction", le Prince Albert II de Monaco est sorti de son silence.

Cette mise au point du représentant du milliardaire russe intervient au lendemain de déclarations du Prince Albert II de Monaco.

Bernard Squarcini, reconverti dans la sûreté et l'intelligence économique et stratégique, a exercé une activité de conseil pour le compte de l'oligarque russe Dmitri Rybolovlev, président du club de football de l'AS Monaco.

A la dérive sportivement, malgré la venue de Thierry Henry, le club de la Principauté pourrait vivre un énorme séisme si l'on en croit les propos du Prince Albert II, lequel n'est pas du genre à balancer des menaces en l'air. "On tirera les enseignements à la fin de l'instruction". "L'enquête le dira. (.) Pour l'instant, il faut respecter la présomption d'innocence, à moins que lui-même décide de mettre fin à sa présidence de l'AS Monaco", a-t-il conclu auprès de nos confrères. Il n'y a aucune intervention de près ni de loin non seulement de ma part, mais de la part du gouvernement (de Monaco, ndlr). Mais je pense qu'il faut laisser faire la justice jusqu'au bout. Toutefois, "s'il y a revente du club [duquel la Principauté est actionnaire à 33%, NDLR], nous avons notre mot à dire", indique encore le dirigeant qui précise plus loin que "le football n'est pas, pour l'instant, une grande priorité". Ce qui se passe, c'est la preuve de l'indépendance de la justice. Si jamais tout cela était avéré, je pense qu'il se retirera de lui-même, a assuré Albert II dans un entretien publié vendredi par Mediapart.

"Bien sûr cela peut se précipiter mais ce n'est pas la priorité des priorités".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL