Échange houleux avec Trump: l'accréditation d'un journaliste suspendue | États-Unis

Claudine Rigal
Novembre 8, 2018

La jeune femme a alors tenté de lui prendre des mains le micro, et les bras des deux individus se sont touchés très brièvement.

Scène impressionnante à l'instant à la Maison Blanche, Donald Trump dit de façon agressive au journaliste CNN Jim Acosta qui essaie de poser une autre question " C'est assez, posez le micro!

"Le président croit en une presse libre et accueille favorablement les questions corsées à son endroit, a déclaré la porte-parole de l'administration américaine, Sarah Sanders, sur Twitter".

Lors de la conférence de presse de Donald Trump au lendemain des midterms, le président a eu un échange houleux avec un journaliste de la chaîne CNN.

La chaîne a par ailleurs apporté son soutien à son journaliste et s'est inquiétée d'une "décision sans précédent", qui est "une menace pour notre démocratie".

Après avoir répondu à la question de Jim Acosta sur la caravane de migrants qui fait route vers les États-Unis, Donald Trump l'a invectivé quand le journaliste lui a demandé s'il s'inquiétait d'accusations venant de l'enquête russe.

"Le président a alors dit que "CNN devrait avoir honte" de l'avoir comme employé, ajoutant qu'il était une "personne impolie et horrible".

Le journaliste qui a succédé à M. Acosta au micro a pris la défense de son confrère, le saluant comme un " reporter scrupuleux ".

Mme Sanders a qualifié l'attitude du journaliste d'"inacceptable" et d'"irrespectueuse envers ses collègues en ne leur offrant pas l'opportunité de poser une question".

" Je fais l'objet d'une couverture (médiatique) très inexacte", a-t-il affirmé". A la fin de la conférence de presse qui aura duré près d'1h30, il a espéré que "le ton puisse s'améliorer mais cela commence avec les médias". "Je rends les coups et je ne me bats pas pour moi, mais pour le peuple de ce pays ".

La semaine dernière, il les avait accusés d'engendrer la " violence " en Amérique après la pire tuerie antisémite jamais perpétrée dans le pays, dans une synagogue de Pittsburgh, et l'envoi de colis piégés à des personnalités et institutions opposées au président.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL