Cyril Hanouna propose d'être le porte-parole du mouvement — Gilets jaunes

Pierre Vaugeois
Novembre 21, 2018

" Plongé dans son argumentation, le séducteur du programme n'a même pas vu qu'il avait fâché son patron, Cyril Hanouna: " Vous ne pouvez pas dire ça, vous ne pouvez pas dire, c'est une P, U, T, E!

Audiences Europe 1: Aliagas, Noël, Roumanoff, Delacroix, Bouchard, Boccolini. "Que l'on serait dans une censure permanente", a continué le secrétaire d'Etat chargé du Numérique. Le présentateur de TPMP leur a assuré "comprendre" leurs revendications et "laisser la parole quand vous voulez", "si vous voulez passer un message", en les invitant à s'exprimer sur le plateau ce mardi soir: "On verra ce qu'on va faire, je donne la parole à tout le monde, il n'y a pas de souci".

Invité à réagir dans le journal L'Opinion après cette séquence, le secrétaire d'État au numérique Mounir Mahjoubi a regretté ce mercredi 21 novembre que Cyril Hanouna relaie des "mensonges" et des "fake news" de la part des gilets jaunes. Face à de telles déclarations, Cyril Hanouna a donc fait une étonnante déclaration.

"Il n'a été contredit par personne, à aucun moment". "Cela veut dire qu'on peut aller aujourd'hui avec un gilet jaune raconter n'importe quoi sur toutes les antennes".

Cyril Hanouna
C8 Cyril Hanouna

Mounir Mahjoubi faisait ainsi référence aux propos de l'un des Gilets jaunes assis autour de la table de "Touche pas à mon poste", qui a martelé que des vidéos mettant en valeur le mouvement le week-end dernier avaient été retirées des réseaux sociaux.

Faut-il demander un droit de réponse à Cyril Hanouna?

"Ce qui me préoccupe c'est la diffusion de fake news", a lancé Mounir Mahjoubi. Certains, comme Jean-Michel Maire, sont même allés très loin. "Il faudrait savoir d'où ça vient", a-t-il déclaré avant de pointer du doigt le site de Mark Zuckerberg. Expliquant qu'il y avait une coalition entre l'Etat, Facebook et Twitter. "Il suffit simplement de rentrer dans l'algorithme 'quand il y a un uniforme, on efface'", a ainsi affirmé le "gilet jaune", avant d'être repris par la journaliste Christine Kelly: "Ce n'est pas possible pour un policier". "Cyril, on veut te parler!"

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL