De retour à Washington, Trump s'attaque à la France

Claudine Rigal
Novembre 14, 2018

'Comment ça a marché pour la France? "Ils commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent". "On ne protégera pas les Européens si on ne décide pas d'avoir une vraie armée européenne", avait plaidé le président français. Il a également évoqué la nécessité de se 'protéger de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique' dans le domaine du cyberespace. "Nous nous refusons à tout commentaire", a indiqué la présidence. L'ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, s'est lui fendu d'un tweet en anglais pour rétablir la "vérité": "Le président Emmanuel Macron n'a pas dit que l'Union européenne avait besoin d'une armée +contre les Etats-Unis+". "Le problème, c'est que le week-end s'est très mal passé pour Trump, il faut avoir cela à l'esprit".

L'éventuelle création d'une armée européenne pourrait montrer au monde que la guerre est impossible en Europe, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel au Parlement européen, répétant les paroles de Claude Junker qui avait précédemment fait une déclaration en ce sens. Olivier Faure, patron du Parti socialiste, dénonce des propos "insultants" et "outranciers", tandis qu'Éric Ciotti (LR) et Gilbert Collard (Rassemblement national) justifient la colère de Trump, évoquant un juste "retour de bâton" et "la faiblesse du président français".

Après les commémorations du 11-Novembre, le président américain a critiqué avec virulence le projet d'Emmanuel Macron de fonder une armée européenne.

Après avoir été chaleureuse pendant de nombreux mois, la relation entre Donald Trump et Emmanuel Macron est devenue glaciale dernièrement.

Il s'en est ensuite pris directement au président français: "Le problème est qu'Emmanuel souffre d'une cote de popularité très faible en France, 26 %, et d'un taux de chômage de près de 10 %". " ( Rendre à la France sa grandeur), en référence à son propre slogan "Make American Great Again " utilisé durant sa campagne durant les élections présidentielles de 2016". La France rend très difficile pour les États-Unis de vendre ses vins en France, et les frais de douane sont très élevés, tandis que les États-Unis favorisent l'importation de vins français, et les tarifs douaniers sont plus faibles. En revanche, d'autres tensions, météorologiques cette fois, ont fait annuler la visite du cimetière américain de Bois-Belleau, dans l'Aisne, par le président des États-Unis. "Les deux présidents ont eu un échange bilatéral mais le président américain a semblé discret, presque maussade, alors que Macron tentait de masquer les tensions croissantes entre eux".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL