Des jeunes fichés selon leur origine — PSG

Solenn Plantier
Novembre 8, 2018

Dans le cadre de mes responsabilités au PSG, les objectifs fixés concernant le recrutement pour le centre de formation n'ont jamais varié: "s'attacher les meilleurs jeunes joueurs dans le but de les faire évoluer à terme avec l'équipe professionnelle". Outre les nom, prénom, date de naissance, ce tableau comportait une case "origine", avec les options "français, antillais, maghrébin, Afrique noire". En France, la loi interdit de "collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques des personnes". Une pratique évidemment interdite en France, et passible de cinq ans de prison ainsi que 300 000 euros d'amende. La direction du club confirme avoir eu recours à un fichage mais assure qu'elle " n'était pas au courant " au moment des faits. "[.] Il y a un problème sur l'orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d'Antillais et d'Africains sur Paris".

Il s'agit de Marc Westerlope, ancien responsable du recrutement parisien hors région parisienne et aujourd'hui membre du staff du club de Rennes, sous la responsabilité directe à l'époque d'Olivier Létang, actuel président du club rennais. Ses méthodes ont été dénoncées en interne. Jean-Claude Blanc auraient reçu le directeur de la formation en 2014 pour le sanctionner mais l'a finalement blanchi. Si le recrutement a été ouvert au national, c'est dommage de retrouver les mêmes profils qui sont déjà sur Paris, c'est une demande de la direction.

Cette déclaration aurait suscité un vif "émoi" chez les autres participants à cette réunion, conduisant la direction à convoquer Marc Westerloppe à un entretien préalable à une sanction le 27 juin 2014. Réunion au cours de laquelle Céline Peltier, la directrice des ressources humaines, a affirmé que le directeur sportif "Olivier Létang lui-même aurait tenu des propos identiques" à ceux de Westerloppe, selon Mediapart.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL