Des restes humains retrouvés par des plongeurs après le crash — Indonésie

Claudine Rigal
Novembre 2, 2018

L'armée indonésienne pense avoir localisé les restes de l'avion de la compagnie Lion Air qui s'est abîmé en mer, ce lundi, coûtant probablement la vie à 189 personnes, ont annoncé les autorités ce mercredi. "Nous ne savons pas si c'est le FDR [qui enregistre les paramètres de vol] ou le CVR [qui enregistre les sons dans le cockpit]", a précisé le responsable.

Des plongeurs ont également trouvé une partie du train d'atterrissage.

"Notre priorité, c'est de retrouver la principale carcasse de l'avion, à l'aide de cinq bâtiments de guerre équipés de sonars détecteurs de métaux", a déclaré Yusuf Latif, porte-parole de l'Agence de recherches.

Mercredi, l'armée indonésienne a annoncé avoir peut-être localisé l'épave de l'avion de Lion Air qui s'est abîmé en mer avec 189 personnes à bord. Quelques minutes après le décollage, l'équipage avait demandé au contrôle aérien l'autorisation de revenir à Jakarta, son point de départ.

L'appareil avait pour destination Pangkal Pingang, localité de transit pour les touristes désireux de profiter des plages de l'île voisine de Belitung.

Des plongeurs se sont dépêchés sur le site du crash, mais les services de secours ont rapidement indiqué qu'il y avait peu d'espoir de retrouver des survivants. Les dépouilles sont envoyées à l'hôpital pour des tests ADN.

"Le ministre des Transports a pris la décision inhabituelle d'ordonner le congédiement de membres du personnel de Lion Air".

Il a expliqué plus tard que cela permettrait de libérer le directeur technique pour qu'il puisse aider l'enquête. Quant à l'appareil, il venait d'être réparé, selon le patron de la compagnie. Le pilote et le copilote totalisaient respectivement plus de 6 000 heures et 5 000 heures de vol et avaient passé récemment des examens médicaux. En 2004, un accident impliquant un de ses McDonnell-Douglas MD-82 a fait 26 morts à Solo City, lors d'une sortie de piste, dans la province de Java Central. Des questions se posent sur l'éventualité de défauts spécifiques à ce nouveau modèle d'avion, dont de possibles problèmes de mesures de l'altitude et de la vitesse. Des compagnies indonésiennes ont été un temps interdites de ciel européen et américain.

L'archipel d'Asie du sud-est, qui compte 17.000 îles et îlots, est très dépendant des liaisons aériennes et les accidents sont fréquents.

Boeing avait suspendu la sortie du 737 MAX l'année dernière juste avant sa première livraison commerciale, évoquant un problème de moteur.

L'avionneur américain Boeing a proposé une "assistance technique" à l'enquête.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL