Donald Trump menace l’Iran de sanctions, façon Game of Thrones

Xavier Trudeau
Novembre 3, 2018

Dans le même temps, sur Twitter, Donald Trump a posté - et épinglé - un photo de lui, dans une ambiance digne de Game of Thrones avec, avec la même typographique que la série diffusée sur HBO, ces mots "Sanctions are coming, 5 november". Six mois après avoir claqué la porte de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, les États-Unis ont confirmé qu'ils rétabliraient lundi leurs sanctions les plus draconiennes contre Téhéran, visant le pétrole et les banques. "Le pouvoir de contraindre des Etats-Unis, en utilisant leur puissance économique et militaire est également en déclin", a dit l'ayatollah Khamenei sur son compte Twitter. "Comment dit-on détournement d'une marque déposée en Dothraki?, interroge HBO".

L'interprète d'Arya Stark, Maisie Williams, a eu une réponse courte mais qui en dit long: "Pas aujourd'hui" en référence à la leçon de Syrio Forel.

" Les sanctions viennent ": Donald Trump a détourné vendredi la phrase emblématique de la série Game of Thrones pour saluer le prochain rétablissement des sanctions contre Téhéran, levées dans le cadre de l'accord sur le nucléaire de 2015, dont Washington s'est depuis retiré. Elle a connu un énorme succès dans le monde entier, et inspiré de nombreux fans. Un premier train de mesures punitives avait déjà été réimposé en août. Le second volet entrera en vigueur lundi.

Il s'agit de sanctionner, en leur fermant le marché américain, tous les pays ou entreprises étrangères qui continueront d'acheter du pétrole iranien ou d'échanger avec les banques de la République islamique.

Huit pays bénéficieront toutefois de dérogations et seront autorisés temporairement à continuer d'acheter du pétrole iranien, "mais uniquement car ils ont fait preuve d'efforts importants pour ramener leurs importations de brut vers zéro", a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Mais l'élection de M. Trump, qui dès sa campagne électorale a été l'un des principaux détracteurs de l'Iran et de l'accord nucléaire, a changé la donne.

Selon le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, les Etats-Unis souhaitaient couper les établissements financiers iraniens frappés par des sanctions du circuit bancaire international Swift, un maillon essentiel du système financier. Selon lui, " c'est le même plan de bataille qu'avec Kim Jong-un et la Corée du Nord: sanctions, pression maximale et ensuite ils sont prêts à négocier ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL