Elle reçoit les poumons d'une grosse fumeuse et développe un cancer — Montpellier

Evrard Martin
Novembre 5, 2018

Les organes étaient ceux d'une fumeuse. Les médecins du CHU de Montpellier qui publient ce cas clinique exceptionnel alertent sur le risque de transplanter de tels organes. En avril 2018, une étude (source) révélait que quatre patients européens avaient tous été atteints d'un cancer après avoir bénéficié d'un don d'organe d'une même donneuse. Les poumons greffés avaient été prélevés chez une femme de 57 ans fumant un paquet de cigarettes par jour depuis trente ans. Elle précise que les examens pratiqués au moment de la mort cérébrale de la donneuse n'avaient révélé aucune anomalie. Fiévreuse, elle souffre d'une insuffisance respiratoire. Dans son article du Monde, le journaliste et médecin Marc Gozlan évoque des cas de " cancer du foie après transplantation hépatique et de cancer pulmonaire après greffe de poumon ". En août, soit moins de deux mois plus tard, la tumeur avait plus que doublé de volume pour atteindre 268 centimètres cubes. La patiente, au stade terminal de son cancer, décède sans qu'aucune thérapie ne puisse être tentée.

Les auteurs des travaux notent également que le délai entre la greffe et "l'apparition de la première anomalie radiologique" suggère que le cancer avait commencé à se former au cours de la vie du donneur. Les métastases se sont développées très rapidement du fait du traitement immunosuppresseur suivi par la patiente depuis sa greffe.

Selon le Dr Jean-Louis Pujol et ses collègues du CHU de Montpellier, "compte tenu du temps de latence, relativement long, du cancer du poumon, nous proposons que les greffes provenant de donneurs fumeurs (ou qui ont récemment arrêté) soient envisagées avec précaution".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL