Facebook accusé d’avoir orchestré une campagne de dénigrement contre George Soros

Alain Brian
Novembre 19, 2018

Au détour d'un article du New York Times, il est suggéré que Mark Zuckerberg a eu une réaction épidermique à des propos tenus par Tim Cook, et a intimé l'ordre à l'équipe dirigeante de Facebook de n'utiliser que des smartphones Android. Une belle pique donc à Mark Zuckerberg et Facebook.

Incontournable et connu de tous Facebook est le plus grand réseau social existant, fort de ses deux milliards d'utilisateurs et d'un nombre.

Dans son édition du 14 novembre, le New York Times publie un long article sur Facebook et sa gestion de la crise survenue suite à l'utilisation des données privées de certains utilisateurs du réseau social.

Definers a bien "encouragé des journalistes" à se pencher sur le financement d'une campagne anti-Facebook pour montrer qu'il ne s'agissait pas d'une campagne spontanée mais "suggérer que (cette action de la société de relations publiques) relevait d'une attaque antisémite est répréhensible et faux", ajoute le groupe de Mark Zuckerberg, lui-même de confession juive tout comme Sheryl Sandberg, sa numéro deux responsable des opérations au quotidien.

Le réseau social a rompu le 13 novembre le contrat qui le liait à Definers, une société réputée proche des Républicains. Il est resté évasif sur les responsables de la décision de mandater Definers et sur d'éventuelles conséquences. "Nous enjoignons à Facebook d'arrêter d'utiliser les méthodes inspirées par celles des ennemis de la démocratie à travers le monde", écrit Patrick Gaspard, le président de la fondation. Le "NYT " avance que Facebook a demandé à Definers de mener une campagne de dénigrement visant à discréditer le milliardaire qui avait violemment critiqué le réseau social en début d'année et qui est l'une des bêtes noires des leaders populistes dans le monde.

Facebook ne pouvait pas rester sans réagir.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL