Hausse des frais d'inscription universitaire — France

Claudine Rigal
Novembre 19, 2018

" Nous resterons très en-dessous des 8.000 à 13.000 euros de nos voisins néerlandais et des dizaines de milliers de livres en Grande-Bretagne, et de la plupart des pays européens, sans évoquer bien sûr la situation sur la continent nord- américain", a déclaré le premier ministre français Edouard Philippe, pour qui il s'agit d'un " choix mesuré ". Il a donc annoncé que le nombre d'étudiants étrangers en France passera à 500 000 à l'horizon 2027, contre 320 000 aujourd'hui. Ce sera dorénavant 2 770 euros pour la licence et 3 770 euros pour le master et le doctorat. Le nombre d'étudiants ayant accès à des cours en anglais, ainsi qu'aux cours de français langue étrangère (FLE), sera doublé.

Baptisé "Stratégie d'attractivité pour les étudiants internationaux", ce plan vise également à augmenter le nombre d'étudiants étrangers en France, renforcer les bourses et doter les écoles et les universités de moyens financiers supplémentaires pour mieux attirer les étudiants internationaux, rapporte l'AFP. Édouard Philippe a annoncé que cette augmentation des tarifs pour les étudiants extracommunautaires serait assortie de 14 000 bourses d'exemption. Chaque étudiant étranger se verra désigner un référent pour l'accompagner. Un autre fonds de 5 puis 20 millions d'euros est prévu pour le développement de campus français à l'étranger.

Paradoxalement, le faible coût des frais de scolarité en France décourageait aussi certains candidats, qui s'inquiétaient de la qualité des enseignements, a souligné à Matignon.

Seuls les étudiants résidant hors de l'Espace économique européen, tels que les étudiants algériens, sont concernés par cette mesure. "Qu'ils viennent de Pékin ou Kinshasa, qu'ils étudient l'intelligence artificielle ou la linguistique médiévale, nous sommes beaucoup plus forts [avec les étudiants internationaux]" a martelé le premier ministre. Les étudiants venant de l'EEE continueront eux à payer les mêmes frais qu'un étudiant français, en vertu des règles européennes. Alors en plus de la ministre de l'enseignement supérieur Frédérique Vidal, il était ce lundi matin accompagné du secrétaire d'état auprès du ministre des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne pour ce lancement du label "Bienvenue en France" à Paris.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL