Implants, prothèses, pacemakers... : les révélations d'un scandale sanitaire

Evrard Martin
Novembre 27, 2018

Huit ans après le scandale PIP, la dangerosité de certaines prothèses mammaires ne semble toujours pas questionnée.

"Ces chiffres vertigineux, ce sont les dommages causés ces dix dernières années rien qu'aux Etats-Unis par les dispositifs médicaux, une famille d'outils de la médecine qui comprend les pompes à insuline, les pacemakers ou les prothèses de hanche", qui ne représentent qu'une "infime partie" de la réalité, précise-ton.

"Implant Files" est le résultat d'un exceptionnel travail journalistique coordonné par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), et l'œuvre collective de quelque 250 journalistes de 59 médias internationaux qui ont enquêté, pendant plus d'un an, sur le monde trouble des dispositifs médicaux implantables - prothèses mammaires, pacemakers, stents, implants contraceptifs, etc.

C'est une journaliste néerlandaise, Jet Schouten, qui a alerté la première en réussissant en 2014 à faire certifier, pour illustrer ce laxisme des contrôles... un filet de mandarines comme mèche vaginale, censé être implantée à des femmes souffrant de descente d'organe. En Belgique, ce sont seulement 3 800 incidents qui ont été recensés depuis cinq ans, mais il s'agirait selon le journal Le Soir d'un décompte peu fiable et "largement sous-estimé", en raison des données très incomplètes auxquelles les journalistes ont eu accès.

A travers le monde, 1,7 million de blessés et près de 83.000 morts en lien avec la pose d'un implant ont été enregistrés sur les dix dernières années, selon l'enquête "Implant Files". Bruxelles avait donc adopté en 2017 de nouvelles règles.

En France, "le nombre global" de dispositifs commercialisés n'est ainsi "pas approchable", reconnaît Jean-Claude Ghislain, directeur pour les situations d'urgence, les affaires scientifiques et la stratégie européenne à l'Agence du médicament ANSM, cité par Le Monde.

Une base de données européenne, Eudamed, doit être mise en ligne en 2020, mais que les Etats membres sont en désaccord sur le degré d'informations à donner.

Autre point relevé: la difficulté à tracer les incidents provoqués par ces implants.

Le leader mondial des technologies médicales, l'américain Medtronic, est potentiellement lié à 9.300 décès et 292.000 blessures entre 2008 et 2017 aux Etats-Unis, selon des rapports sur les incidents liés aux implants médicaux analysés dans le cadre d'une enquête journalistique internationale publiée dimanche.

D'après ces rapports faits auprès des régulateurs américains, l'an dernier, un incident sur cinq dû à un implant médical était lié à un produit de Medtronic, plus du double que pour tout concurrent de la société.

Dans le détail, depuis 2008, les pompes à insuline ou leurs composants fabriqués par Medtronic pour accompagner les malades du diabète ont été potentiellement impliqués dans plus de 2.600 décès et 150.000 blessures aux Etats-Unis.

L'agence fédérale américaine des médicaments a relevé qu'il est normal que le premier producteur d'instruments médicaux soit aussi celui qui connaît le plus d'incidents, souligne l'ICIJ.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL