Infantino réagit aux accusations sur le PSG — Football Leaks

Solenn Plantier
Novembre 8, 2018

Mis à mal à titre personnel dans les dernières révélations des Football Leaks, que ce soit en tant que président actuel de la FIFA ou ancien dirigeant de l'UEFA, l'ancien monsieur tirage au sort de la C1 s'est défendu mercredi devant le siège de la FIFA à Zurich où l'attendaient plusieurs journalistes, notamment ceux de l'AFP et de La Gazzetta dello Sport. Les présidents des unions zonales de la Confédération africaine de football, réunis au Caire, ont signé un communiqué conjoint afin d'apporter tout leur soutien à Gianni Infantino, le président de la FIFA mis en cause par les Football Leaks. "Le fait que vous ayez un fils d'immigrés italiens président de la Fifa ne plaît peut-être pas à tout le monde", dit-il en référence à la présidence de Michel Platini à l'UEFA. Quant aux accusations de violation des règles d'éthique, le patron de la FIFA a affirmé qu'il n'y avait "non seulement rien d'illégal mais rien de contraire" à celles-ci. "L'administration", donc lui, répond-il.

"Je suis autorisé à inviter un ami à un match, je ne vois absolument pas cela comme une violation (du code d'éthique)". "Certainement pas", assure Infantino.

"S'il est interdit d'avoir des amis.", a ironisé mercredi devant la presse le président de la Fifa, Gianni Infantino, alors qu'un procureur extraordinaire a été chargé d'enquêter sur ses liens avec le procureur du canton du Valais, en Suisse.

Gianni Infantino se défend.

Mardi, le Ministère public valaisan a annoncé la prochaine nomination d'un procureur extraordinaire pour se pencher sur la situation de Rinaldo Arnold.

Mais selon Gianni Infantino, tout a été fait dans les règles et dénonce une "une attaque injuste ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL