La Nouvelle-Calédonie choisit la France

Claudine Rigal
Novembre 5, 2018

Le président de l'Union populaire républicaine (UPR) François Asselineau est revenu ce 4 novembre sur la victoire du "non" lors du référendum portant sur l'indépendance de la Nouvelle Calédonie. Une victoire franche, mais un résultat inférieur aux pronostics des sondages qui évoquaient sur une fourchette de Non entre 60 et 70%. "Le gouvernement proposera aux forces politiques de Nouvelle-Calédonie de se réunir dans les prochaines semaines" pour en parler, a précisé Emmanuel Macron.

Marqué par une très forte participation (plus de 80%), le vote de dimanche a néanmoins encouragé les indépendantistes à poursuivre leur lutte.

A l'école Gustave-Mouchet, dans le quartier populaire de Montravel, la population, à majorité kanak, a fait aussi la queue: "C'est un geste symbolique", explique Alain, 46 ans, qui travaille à la Société Le Nickel (SLN), plus grand employeur privé de Nouvelle-Calédonie.

Les électeurs doivent dire s'ils souhaitent que la Nouvelle-Calédonie "accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante".

Emmanuel Macron, président français: "Le seul vaincu est la tentation du mépris, de la division, de la violence, de la peur". Le Premier ministre Édouard Philippe doit se rendre lundi sur l'archipel.

"Nos compatriotes de Nouvelle-Calédonie ont affirmé aujourd'hui avec clarté leur appartenance à la République française". [.] En ce jour si important pour le Caillou, je garde en tête ces mots du général de Gaulle adressés il y a 52 ans aux Calédoniens: 'Vous avez un rôle français à jouer dans cette partie du monde.

Jean-Luc Mélenchon ne s'est lui pas exprimé à l'issue de ce référendum mais le groupe parlementaire la France insoumise, auquel il appartient, a publié un communiqué. "On ne pourra pas rester immobile après le référendum", prévenait avant le vote Philippe Gomès, député calédonien anti-indépendantiste, dans les colonnes du Monde.

Enfin, il a accusé les gouvernements successifs de ne pas avoir dénoncé l'accord de Nouméa signé en 1998 qui tend, selon lui, à faciliter l'accès à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL