La prime à la conversion doublée pour les plus modestes — Carburant

Xavier Trudeau
Novembre 14, 2018

Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé mercredi matin que le gouvernement n'allait "pas annuler la taxe carbone", en dépit de la mobilisation des "gilets jaunes" de samedi contre la hausse des taxes sur le carburant. "Mais nous avons également entendu le besoin exprimé par les Français d'être accompagné pour cette transition car elle est difficile", a-t-il concédé.

Le gouvernement a également décidé de créer une "super prime" à la conversion pour les véhicules pour 20% des ménages les plus modestes, qui atteindra jusqu'à 4 000 euros doublant ainsi la prime existante.

Actuellement, un acheteur qui met au rebut un vieux véhicule polluant, peut bénéficier de cette prime allant jusqu'à 2.500 euros, accessible sous certaines conditions pour l'achat d'un véhicule d'occasion. L'opération coûtera 200 millions d'euros à l'Etat.

La prime à la conversion subventionne également l'achat de trois-roues ou deux-roues motorisés, pour un montant de 1.100 euros pour un foyer non imposable et de 100 euros pour un foyer imposable, dans la limite du coût d'acquisition. Le reste à charge sera de 1000 à 1500 euros pour un véhicule qui consommera nettement moins. "C'est une mesure sociale, d'urgence", explique Edouard Philippe. Elles seront effectives au 1er janvier 2019. "Nous allons développer la prime à la conversion vers de nouveaux systèmes comme la pompe à chaleur ou le bois".

Par ailleurs, le gouvernement veut désormais financer un million de primes à la conversion d'ici la fin du quinquennat, contre 500 000 visées jusqu'ici, alors que 280 000 primes ont déjà été attribuées.

Pour les usagers considérés comme des "grands rouleurs", c'est-à-dire effectuant des trajets quotidiens en voiture de plus de 60 ou 70 km, soit 5 millions de Français, les indemnités kilométriques seront élargies.

La semaine dernière, Gérald Darmanin avait quant à lui annoncé sa volonté de simplifier le système pour éviter que le chèque ne soit pas utilisé par une partie des bénéficiaires qui l'ont pourtant reçu. Nous allons l'élargir, notamment pour les petites cylindrées, pour ceux qui roulent beaucoup avec des voitures qui consomment peu. "C'est un geste fiscal", note Édouard Philippe.

Le gouvernement souhaite aussi aider " les grands rouleurs", en développant les indemnités kilométriques.

"Nous allons aussi accompagner le covoiturage et défiscaliser les aides au covoiturage" de certaines entreprises, a expliqué le Premier ministre. "Ce chèque carburant ne sera plus déclaré dans les impôts. C'est une mesure d'accompagnement assez logique d'initiatives prises par des collectivités locales", explique le premier ministre. Pour rappel, la future "loi mobilité", qui doit être discutée en conseil des ministres le 27 novembre, prévoit le versement pas les employeurs, sur la base du volontariat, d'un forfait de 400 euros pour les salariés qui se rendent au travail à vélo ou en covoiturage. Avec la revalorisation et l'élargissement du chèque énergie, le gouvernement fait un geste pour ceux qui se chauffent au fioul.

Edouard Philippe a annoncé que le dispositif du chèque énergie va être élargi pour bénéficier à 5,6 millions de foyers (contre 3,6 actuellement).

"On va passer de 3,6 millions à 5,6 millions" de foyers, a-t-il déclaré, confirmant la hausse déjà prévue de 150 à 200 euros de ce chèque l'an prochain.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL