Le chiffre d'affaires de Facebook au troisième trimestre est en baisse

Xavier Trudeau
Novembre 3, 2018

Le fait que le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens aux Etats-Unis n'a pas chuté après une série de scandales a soulagé les investisseurs.

Quarante-huit heures avant Apple, Facebook a dévoilé ses résultats financiers pour son dernier trimestre.

"Cela fait un gain de 24 millions d'utilisateurs mensuels, ce qui n'est pas si mal au vu de la série sans fin de controverses [dans lequel le groupe se débat] au sujet du respect de la vie privée, des fake news, des campagnes politiques louches et même d'un piratage de comptes de grande ampleur", commente le journal américain.

Les investisseurs se sont montrés extrêmement nerveux après la publication des résultats et le titre a opéré de violents mouvements de yo-yo, passant du rouge au vert en l'espace de quelques minutes, au gré des déclarations de Mark Zuckerberg. Mais après avoir atteint le chiffre de 1,7 milliard de personnes actives quotidiennement, le moment où la croissance de Facebook allait prendre du plomb dans l'aile devait tôt ou tard arriver.

Empêtré dans une accumulation de polémiques, Facebook a confirmé le ralentissement de sa croissance au troisième trimestre, avec notamment moins d'usagers que prévu mais a évité une catastrophe boursière comme celle qu'il a connue cet été.

Pour le nombre d'utilisateurs, Facebook revendique avec son application principale, 2,27 milliards d'utilisateurs actifs par mois (+10 % sur un an) et 1,49 milliard d'utilisateurs actifs par jour (+9 %). Il est en hausse de 33 % par rapport au troisième trimestre de 2017, confirmant le ralentissement de sa croissance qui était encore de 42 % au deuxième trimestre. Le numéro un mondial des réseaux sociaux a réalisé un bénéfice net en hausse de 9% à 5,14 milliards de dollars, soit 1,76 dollar par action.

Les analystes attendaient en moyenne un bénéfice à 1,48 dollar par action, selon des données Refinitiv. Une démarche similaire a d'ailleurs été entreprise sur Instagram, véritable navire amiral du groupe, où les Stories affolent les compteurs, en plus d'être plus économiques et performantes pour les marques que les publicités traditionnelles diffusées sur le fil d'actualité.

Le groupe avait déjà prévenu que ses dépenses en matière de sécurité et de contrôle des contenus allaient peser sur sa rentabilité. Les gens "aiment de plus en plus" les contenus éphémères, a précisé le patron fondateur, mentionnant aussi le succès de ses messageries Messenger et WhatsApp.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL