Le télescope spatial Kepler mis hors service par la Nasa

Alain Brian
Novembre 2, 2018

Après neuf années de bons et loyaux services, le télescope spatial Kepler s'est retrouvé à court de carburant, obligeant le NASA à le retirer de son orbite.

Lancé en 2009, le télescope était baptisé en l'honneur de l'astronome allemand Johannes Kepler. Les astronomes ont aussi pu se rendre compte de l'incroyable diversité des autres systèmes planétaires grâce à Kepler, allant de super-planètes gazeuses à des petits blocs de planètes rocheuses agglomérés très près de leurs étoiles.

Le télescope avait été braqué sur deux constellations de la Voie lactée, celles du Cygne et de la Lyre, avec des millions d'étoiles dans son objectif, à une résolution extraordinaire pour l'époque de sa conception. Il s'agit d'une planète identifiée en 2011, d'un rayon 2,4 fois plus grand que celui de la Terre, qui se situerait au bord d'une zone "pouvant potentiellement accueillir la vie" dans son système et serait presque totalement couverte d'océans.

"Non seulement il nous a montré combien de planètes pourraient exister dans l'espace, il a aussi ouvert un champ complètement nouveau et sérieux de recherche qui a pris d'assaut la communauté scientifique", a déclaré Thomas Zurbuchen, le directeur de la division de la recherche scientifique à la Nasa.

La mort de Kepler n'est pas une surprise.

En 2013, des problèmes mécaniques avaient précipité la fin de la mission originale du télescope, qui au départ ne devait durer que trois ans et demi.

On l'annonçait depuis plusieurs semaines, mais Kepler semblait faire de la résistance malgré son manque de carburant. Mais les ingénieurs de la Nasa avaient trouvé un ingénieux système pour continuer à le stabiliser afin qu'il continue à fonctionner.

Au cours de sa mission, Kepler a détecté 2.681 exoplanètes confirmées sur les 3.800 exoplanètes détectées ces 20 dernières années. Les ingénieurs savaient que la mission ne pourrait pas durer éternellement. Mis en orbite en avril dernier, le télescope a désormais pour objectif d'analyser environ 200 000 étoiles à moins de 300 années-lumière du Soleil - principalement des naines rouges comme TRAPPIST-1 et Proxima Centauri.

Le successeur de Kepler s'appelle Transiting Exoplanet Survey Satellite, ou Tess.

"Kepler nous a emmenés dans une nouvelle aventure", a dit William Borucki, qui fut le premier chef de la mission.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL