L'Institut du monde arabe s'enrichit d'un fonds de 1.300 œuvres

Pierre Vaugeois
Novembre 7, 2018

C'est une donation qui vient tripler le fonds d'art moderne de l'Institut du monde arabe (IMA).

Le contrat fabuleux finalisant cette donation, accompagnée d'un important fonds de dotation a été signé mercredi 24 octobre.

L'IMA, qui s'enrichit ainsi d'un fonds unique d'œuvres d'artistes arabes, envisage de réaménager entièrement les espaces de son musée en vue d'en faire d'ici 2020, un "Musée des arts du Monde arabe " avec un focus particulier sur les arts à partir de la deuxième moitié du 20ème siècle.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l'info Inscription gratuite! On y trouve des œuvres de Najia Mehadji, Mohamed Melehi et Mahi Binebine (Maroc), Zoulikha Bouabdellah et Abdallah Benanteur (Algérie), Etel Adnan, Shafic Abboud et Paul Guiragossian (Liban), Hamed Abdalla (Égypte), Dia Al-Azzawi (Irak) et Youssef Abdelké (Syrie), entre autres. Jusqu'au 10 mars, trois expositions thématiques montrant une petite partie des oeuvres de la nouvelle collection ont ouvert leurs portes et les visiteurs peuvent d'ores et déjà les voir avec le même billet qui leur permet d'accéder aux salles permanentes et à l'exposition phare du moment, "les Cités millénaires" (Alep, Mossoul, Palmyre) reconstituées en 3D.

La donation du couple de galeristes s'articule en trois pans: les "Artistes du Monde arabe", les collections "Portrait de l'Oiseau-Qui-N'Existe-Pas" et "Tondo d'Orient et d'Occident". Outre les peintures, aquarelles et gouaches, 41 sculptures et de 314 estampes sont également réunies. Il devait ouvrir dans les années 80 une galerie d'art à Paris. Il se définit comme "héritier d'un certain esprit libanais, fait de dialogue des cultures" et peste contre la "mentalité du communautarisme" et le soupçon que le pays du Cèdre est "bouffé par tous les gros", les grandes puissances qui veulent consolider leur influence au Moyen-Orient. Tous les artistes ont été invités à s'inspirer du thème de l'oiseau pour l'imaginer dans toutes les postures et avec tous les messages possibles. L'annonce a été faite par M. Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe. "La réunion a duré seulement une demi-heure", confie à l'AFP Claude Lamand, racontant la genèse de l'accord fabuleux il y a quelques mois.

L'Institut du Monde arabe (IMA) abrite actuellement, en son siège à Paris, une grande exposition puisée dans une collection exceptionnelle d'œuvres d'art d'artistes arabes, notamment marocains, offrant un panorama complet des courants artistiques qui ont traversé les pays arabes au 20ème siècle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL