Plus de 2000 migrants sont arrivés à la frontière américaine — Mexique

Claudine Rigal
Novembre 17, 2018

Saturées par les demandes, les autorités américaines n'ont pu traiter vendredi qu'une trentaine de cas.

"Je n'ai pas fait tout ça en vain".

Selon le ministère de l'Intérieur, il y a environ 8000 migrants traversant actuellement le Mexique en route vers les États-Unis, répartis dans différentes caravanes, dont la plupart se sont fragmentées au cours de leur périple.

"N'est-ce pas ironique qu'une grande caravane marche vers notre frontière pour demander l'asile aux Etats-Unis car ils ont peur d'être dans leur pays, mais qu'ils agitent fièrement leur drapeau national".

Ces migrants sont décidés à entrer aux États-Unis, malgré les menaces du président Donald Trump, qui a promis de les empêcher de pénétrer sur le territoire de son pays et a déployé à cet effet quelque 4800 militaires à la frontière. Est-ce possible? Oui, parce que tout ça est une GROSSE ARNAQUE, et le contribuable américain paye pour ça!

Dans l'attente de l'arrivée de plusieurs milliers de migrants, les États-Unis ont de leur côté déployé des milliers de militaires à la frontière avec le Mexique, tandis que le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, devait dans ce contexte effectuer mercredi une visite à McAllen au Texas.

Le 9 novembre, le président américain Donald Trump a signé un décret qui permet de rejeter automatiquement les demandes d'asile déposées par des personnes ayant traversé illégalement la frontière avec le Mexique, pour tenter de dissuader les migrants centroaméricains de poursuivre leur route. "Ça fait un mois que nous nous déplaçons avec mes filles de 7, 11, 13 et 15 ans", a déclaré Miriam, une Hondurienne de 32 ans, descendue de l'un des autobus qui ont déposé les migrants à un péage près de la ville frontalière. "Cela a été différent avec les Haïtiens (arrivés en 2016), eux avaient des papiers, ils étaient ordonnés, ce n'était pas une horde", s'est plaint le maire Juan Manuel Gastelum, du Parti action nationale (PAN, conservateur).

Mercredi soir, 300 habitants de Tijuana ont protesté contre leur présence, entonnant l'hymne mexicain et leur jetant parfois des pierres.

Sur les réseaux sociaux, une manifestation contre les migrants a été convoquée pour dimanche et plusieurs pages Facebook "anti-caravane" ont été créées.

Les autorités locales ont toutefois aménagé un centre sportif pour ces migrants où 2000 d'entre eux ont passé la nuit, dont 400 enfants.

Tous appartiennent à la caravane composée en majorité de Honduriens partie le 13 octobre de la ville de San Pedro Sula, dans le nord du Honduras.

Le gouvernement mexicain a indiqué vendredi avoir reçu 2.697 demandes d'asile depuis l'entrée de ce cortège.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL