Prix Femina : Philippe Lançon couronné pour

Pierre Vaugeois
Novembre 6, 2018

L'auteur Philippe Lançon est lauréat du prix Femina 2018 pour son percutant roman Le Lambeau, qui raconte sa reconstruction physique et mentale après l'attentat de Charlie Hebdo dont il a été l'une des victimes. Il a reçu ce lundi le prix Femina.

Victime de l'attentat, l'auteur raconte ce drame pendant plusieurs dizaines de pages, et décrit des scènes parfois difficilement supportables, comme le moment où il s'est rendu compte qu'une partie du bas de son visage avait été arrachée par une balle des terroristes. Pierre Guyotat, en compétition avec son roman Idiotie, a reçu un " prix spécial pour l'ensemble de son oeuvre ". Cet ouvrage revient sur la tuerie du 7 janvier 2015, au siège de Charlie Hebdo. "Ce roman n'est pas une œuvre d'imagination, c'est un témoignage (.) c'est un très bon livre, peut-être l'un des plus beaux de l'année mais ça ne correspond pas à ce qu'attend le Goncourt, c'est-à-dire couronner un roman d'imagination", s'était justifié Bernard Pivot, le président du Goncourt.

"A partir du 7 janvier, tous les mondes dans lesquels j'avais vécu, toutes les personnes que j'avais aimées se mirent à cohabiter en moi sans préséance ni bienséance, avec une intensité folle, proportionnelle à la sensation qui dominait: j'allais les perdre, je les avais déjà perdus". Chroniqueur culturel à Libé, Philippe Lançon est au théâtre, pour voir "La nuit des rois" de Shakespeare. Après cette pièce, que le dramaturge a vue comme un songe, le journaliste va vivre un cauchemar.

"J'ai su plus tard que la salle de rédaction était une mare de sang mais (.) si je baignais dedans, je ne le voyais presque pas".

Le plus difficile est à venir.

Sa plume est portée par la grâce quand il évoque les infirmières qui veillent sur lui, les médecins, notamment "Chloé", qui se relaient à son chevet, les policiers qui le protègent, son frère qui ne le quitte pas. "Il n'a pas pu le lire et c'est à lui que je pense", a dit Philippe Lançon.

L'an dernier, le prix Femina avait récompensé Philippe Jaenada pour "La serpe" (Julliard) tandis que le prix Femina étranger avait été attribué à l'Américain John Edgar Wideman pour "Écrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till" (Gallimard).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL