Wauquiez explique sa comparaison entre PMA et nazisme

Claudine Rigal
Novembre 20, 2018

Laurent Wauquiez a admis lundi que "les débats" sur la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) et l'eugénisme n'étaient "pas les mêmes" que ceux sur l'eugénisme tel que pratiqué par le régime nazi, après une comparaison dimanche qui a suscité un tollé.

Laurent Wauquiez, président des Républicains.

"Oui c'est un engrenage". "Suite aux propos de Laurent Wauquiez tenus hier devant Sens commun, je souhaite rappeler que la fin ne justifie pas les moyens", déclare-t-elle après que le président des Républicains a comparé PMA et nazisme la veille devant des militants de Sens commun, le courant conservateur du parti de droite.

Il avait également considéré que "cet engrenage nous mènera inéluctablement à la gestation pour autrui [GPA], parce que tout le raisonnement intellectuel sur lequel il repose (y) mène évidemment". Et on considère que tout ceci est sans merci et n'a aucune conséquence? "C'est irresponsable pour un soi-disant responsable politique", a répondu la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui doit porter un projet de loi ouvrant la PMA pour toutes, et dont la discussion doit avoir lieu en 2019.

La procréation médicalement assistée par don de gamètes anonyme est déjà autorisée en France, consacrée par une loi de 1994, mais pour les seuls couples de sexes différents infertiles ou risquant de transmettre une maladie à l'enfant.

"Ces déclarations ont été extrapolées et déformées", l'a défendu lundi la porte-parole de LR Laurence Sailliet, lors d'une conférence de presse au siège du parti.

"Au-delà des souffrances, des demandes, des attentes de couple, il y a aussi ce que nous voulons pour l'avenir de notre pays", a fait valoir Laurent Wauquiez, en ajoutant: "L'enfant n'est pas un droit, l'enfant, c'est un devoir".

Son discours, largement applaudi dans la salle, a particulièrement été bien accueilli des membres de Sens commun. Très virulent contre le mariage pour tous en 2013, le mouvement était devenu le fidèle soutien de François Fillon pendant la campagne présidentielle. "Nos débats contemporains ne sont évidemment pas les mêmes mais quand on parle d'éthique, il faut être très vigilant sur les chemins que nous ouvrons ", a tweeté le leader des Républicains.

Laurent Wauquiez a expliqué sur Twitter avoir voulu "rappeler les leçons de l'Histoire".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL