Yémen: l'ONU veut relancer les négociations de paix "d'ici un mois"

Claudine Rigal
Novembre 3, 2018

En écho, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé mardi à la fin des hostilités au Yémen, demandant que cessent les frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite ainsi que les tirs des rebelles Houthis. Pour la première fois, les États-Unis ont demandé à l'Arabie saoudite, impliquée dans le conflit depuis 2015, " de cesser de bombarder toutes les zones civiles", comme Pompeo l'a déclaré plus tard dans un communiqué. James Mattis a quant à lui partagé son souhait que toutes les parties rejoignent la " table de négociations sur la base d'un cessez-le-feu, puis un arrêt des bombardements, nous devons faire ça d'ici trente jours, et je pense que l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis sont prêts ".

Les deux intervenants américains n'ont à aucun moment fait allusion au meurtre de Jamal Khashoggi, mais ces nouvelles révélations ne sont certainement pas anodines et sonnent comme un autre coup de pression sur le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane, soupçonné d'être le commanditaire du meurtre. James Mattis qui a rencontré plusieurs dirigeants arabes le week-end dernier en marge d'une conférence sur la sécurité à Bahreïn, estime que Riyad et Abou Dhabi sont prêts à entamer des discussions.

"L'arrêt des hostilités permettra à l'émissaire de l'ONU pour le Yémen de " réunir " les différentes parties " en Suède", a poursuivi M. Mattis, sans préciser où exactement se tiendrait cette réunion ni qui l'organiserait.

Opposant des forces pro-gouvernementales aux rebelles Houthis qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays, dont la capitale Sanaa, le conflit a dégénéré en mars 2015 avec l'entrée en lice d'une coalition sous commandement saoudien en soutien aux forces pro-gouvernementales.

Invitée à parler de la question sur la chaîne d'informations "BFM TV", la ministre des Armées française, Florence Parly, a estimé que l'intervention de la coalition emmenée par le royaume saoudien contre les rebelles Houthis au Yémen était sans issue.

Le Yémen qui endure une guerre génocidaire depuis un peu plus de trois ans représente un véritable bourbier dans lequel l'Arabie Saoudite et son allié stratégique émirati se sont enlisés.

"Il y a maintenant une opportunité pour la paix au Yémen", a dit M. Guterres, en appelant à "saisir" cette occasion. Si les Etats-Unis, comme la France, excluent de cesser de vendre des armes à Ryad, l'Allemagne a, elle, choisi d'arrêter ses exportations d'armements.

Ce mardi 30, la ministre des Armées Florence Parly était invitée au micro de Jean-Jacques Bourdin, à l'antenne de BFMTV et de RMC.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL