Bayer annonce 12 000 suppressions d'emplois après le rachat de Monsanto | Fabrication

Xavier Trudeau
Décembre 1, 2018

Le groupe allemand Bayer a annoncé jeudi la suppression de 12.000 emplois à travers le monde d'ici 2021, dans la foulée du rachat du géant des pesticides et OGM américain Monsanto, soit un peu moins d'un dixième de ses effectifs (118.200 emplois).

Bayer tablait jusqu'ici sur 1,2 milliard € de synergies à partir de 2022, mais n'avait pas détaillé les conséquences sociales de ce mariage lancé en 2016 et conclu début juin pour 63 milliards $ (54 milliards €).

Environ 1.250 emplois supplémentaires seront supprimés dans la division pharmacie et 1.100 dans les médicaments sans ordonnance, tandis que les services administratifs et commerciaux seront amputés de " 5.500 à 6.000 postes ". Ces suppressions d'emploi toucheront principalement l'Allemagne, a précisé le groupe sur Twitter.

"Au total, le groupe entend économiser " 2,6 milliards € par an " à partir de 2022, tandis que son vaste plan de restructuration devrait lui coûter " 1,7 fois ce montant", soit autour de 4,4 milliards €.

Bayer veut ainsi se séparer de sa division santé animale, la plus modeste du groupe, et vendre deux activités de parapharmacie, Coppertone (crèmes solaires) et Dr. Scholl's (soin des pieds).

"Ces changements sont nécessaires et vont poser de nouvelles bases pour Bayer, lui permettre d'améliorer ses performances et sa souplesse", a justifié Werner Baumann, le patron du groupe de Leverkusen. Ce coûteux mariage, qualifié de "noces du diable" par ses détracteurs, a incité Bayer à mettre ses activités agrochimiques et pharmaceutiques au centre de sa nouvelle stratégie. Bayer va aussi se défaire de ses 60 % dans Currenta, un site de fourniture de services en Allemagne.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL