Écoutez le bruit du vent sur Mars (Vidéo) — InSight

Alain Brian
Décembre 11, 2018

Hier, la NASA a diffusé un petit cadeau inattendu à quelques jours de Noël. Le 1er décembre, le sismomètre SEIS ainsi que la station météorologique APSS (Auxiliary Payload Sensor Suite) ont toutefois permis la détection et l'enregistrement du bruit du vent sur Mars. Plus précisément, le capteur de pression a rengistré les vibrations de l'air, tandis que le sismomètre a relevé les vibrations de l'atterrisseur dues au vent qui soufflait sur ses grands panneaux solaires. Chacun peut écouter le son à l'adresse www.nasa.gov/insightmarswind.

Pour être plus précis, Thomas Pike, de l'Imperial College à Londres et responsable de l'instrument explique: " Ce sont les quinze premières minutes de données d'un des sous-composants du sismomètre " , ajoutant: " C'est un peu comme un drapeau flottant dans le vent.

"Les panneaux solaires situés sur les côtés de l'atterrisseur répondent aux fluctuations de la pression du vent " explique Tom Pike, qui fait partie de l'équipe scientifique d'InSight. Mais "le son a vraiment l'air de venir d'un autre monde, ce qui est exactement le cas". Quand il sera au sol, il sera protégé par un dôme afin de ne pas être perturbé par les vibrations venant du vent ou de la surface. "Cela dit, l'une de nos tâches est de mesurer les mouvements sur Mars, ce qui inclut également bien sûr les mouvements provoqués par les ondes sonores", a-t-il dit.

En 1976, les atterrisseurs américains Viking 1 et 2 avaient aussi capté le vent martien sur leurs sismomètres, mais ils étaient de moins bonne qualité. InSight, acronyme pour "Exploration intérieure utilisant les enquêtes sismiques, la géodésie et le transport de chaleur", a atterri avec succès sur Elysium Planitia le 26 novembre, après un voyage de six mois dans l'espace.

Il s'agit de vibrations enregistrées par le sismographe d'Insight: des fréquences très basses qu'il a fallu augmenter pour que l'oreille humaine puisse "considérer " le son.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL