Emmanuel Macron recule face aux " gilets jaunes "

Claudine Rigal
Décembre 5, 2018

Selon son entourage, Emmanuel Macron était au Puy-en-Velay afin de soutenir et témoigner son respect aux agents de la Préfecture à la suite de l'incendie qui a touché une partie des locaux préfectoraux.

"Ailleurs, les blocages continuaient et plusieurs stations-service étaient fermées pour rupture de carburant". "Trop peu et trop tard", a résumé le vice-président Les Républicains, Damien Abad. Un moratoire, soit c'est un camouflet politique déguisé, soit c'est se moquer des Français et c'est remettre la taxe d'ici six mois.

Jean-Luc Mélenchon insiste sur le fait que "Macron et Philippe n'ont pas pris la mesure du moment". Deux rencontres de Ligue 1 de football, PSG - Montpellier et Toulouse-Lyon, prévues samedi, ont déjà été reportées. "Les gens sont de plus en plus motivés, ils s'organisent, nous serons encore plus nombreux", a-t-il assuré à l'AFP. Certains "gilets jaunes" ont maintenu leur appel à un "Acte IV" de manifestations à Paris, samedi 8 décembre. Selon France Inter, il s'est entretenu avec des gilets jaunes "modérés".

Emmanuel Macron n'a ensuite pas souhaité intervenir, un silence pris pour de l'indifférence qui lui a valu de nombreuses critiques, et a renforcé la colère des manifestants.

Des dizaines de lycées restent perturbés ou bloqués au troisième jour de la mobilisation contre les réformes du gouvernement dans l'éducation.

La majorité s'efforce en tous cas de serrer les rangs: les parlementaires LREM et MoDem sont ainsi conviés le 11 décembre à l?Elysée.

Son passage n'a pas été apprécié par les personnes mobilisées.

Treize personnes dont un mineur, soupçonnées d'avoir commis des dégradations à l'Arc de Triomphe, devaient être présentées mardi à un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL