G20 en Argentine : arrivée des chefs d'Etat

Claudine Rigal
Décembre 2, 2018

Les autorités argentines, critiquées pour leur incapacité à contenir les débordements autour d'un match de football samedi dernier, ont fait savoir qu'"aucune violence" ne serait tolérée, un an après un G20 de Hambourg marqué par des affrontements.

Les membres du G20 "signataires de l'accord de Paris" sur le climat? sans les États-Unis, donc? soulignent dans le communiqué que ce dernier est "irréversible" et "s'engagent à sa pleine mise en oeuvre".

Les Européens présents au G20 (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas invités, Grande-Bretagne, UE) vont tenter de sauver les meubles en obtenant au moins 19 signatures - celle de Donald Trump étant exclue - sous un soutien plus ambitieux à l'accord de Paris sur le climat, dénoncé par les Américains.

"Ce que l'on commence à voir, c'est que cette coalition s'effiloche" a assuré une source de la Maison Blanche.

Le Russe a retrouvé le Saoudien avec un enthousiasme manifeste à Buenos Aires, où les chefs d'État et de gouvernement du G20 se réunissent pendant deux jours. Ils disent s'engager en faveur de "la croissance économique, l'accès à l'énergie et la sécurité, en utilisant toutes les technologies et les sources énergétiques disponibles, tout en protégeant l'environnement".

La rencontre est maintenue, malgré les nombreux changements du programme de l'impulsif milliardaire républicain au cours du sommet.

Donald Trump, bousculé chez lui par une enquête toujours plus menaçante sur l'ingérence russe avant l'élection présidentielle de 2016, s'est employé à échauffer les esprits avant même son arrivée.

Selon le tabloïd russe Moskovski Komsomolets, la chancelière allemande a de manière inhabituellement longue et en gesticulant vivement - ce qui n'est pas à son habitude - raconté quelque chose à Vladimir Poutine, avant de conclure que ce ne pouvait être que le récit de la panne aérienne et "certainement pas son entretien avec [le président ukrainien] Petro Porochenko qui l'aurait mis dans cet état".

Les médias russes continuent de guetter le moindre signe de rapprochement entre leur président et Donald Trump lors du sommet du G20 en Argentine.

"Il y a urgence à faire redescendre les tensions commerciales (.) c'est la priorité numéro un", a souligné la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde. Les deux premières puissances mondiales se livrent depuis plusieurs mois une guerre douanière, Donald Trump estimant que les accords commerciaux actuels favorisent la Chine et désavantagent les Etats-Unis.

C'est à cette fin qu'il a décider d'imposer des taxes sur 250 milliards de dollars de produits importés de Chine, afin de forcer Pékin à faire des concessions dans les relations commerciales sino-américaines. Et il menace de taxer la totalité des importations chinoises.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL