L'Élysée abandonne la taxe sur les carburants — Gilets jaunes

Xavier Trudeau
Décembre 6, 2018

Une crainte qui n'a finalement pas diminué malgré ce geste fort.

Au moment où l'Assemblée nationale achevait sa cinquième heure de séance et s'apprêtait à voter le moratoire de 6 mois, qui n'avait ni convaincu l'opposition ni les gilets jaunes, l'Élysée a annoncé l'abandon de la hausse des carburants. "On est dans une tentative putschiste", a confié un proche du chef de l'Etat, qui croit savoir qu'au moins un ministère a interdit à son personnel de se rendre au travail ce week-end.

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a par la suite rapporté sur le plateau de BFM TV, la conversation qu'il a eu avec le président sur les hausses des taxes sur les carburants. Il m'a dit: "'les gens ont eu l'impression qu'il y avait une entourloupe, qu'on leur disait c'est une suspension mais hop ça reviendra après' ".

Depuis le début de la semaine, Emmanuel Macron ne cesse de lancer des appels au calme, tandis que son ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a appelé les Gilets jaunes "raisonnables" à ne pas venir manifester samedi à Paris.

En coulisse, il se dit que c'est l'Elysée qui a décidé de reprendre la main sur la question alors que du côté du Premier Ministre, après le " droit dans ses bottes " on avait - enfin - consenti à un gel pour 6 mois de la taxe TICPE ainsi que d'autres mesures.

L'Elysée s'inquiète de la radicalisation du mouvement des Gilets jaunes et de possibles nouvelles violences lors du rassemblement du 8 décembre.

Par ailleurs, le palais qualifie l'initiative personnelle de Marlène Schiappa de rétablir l'impôt sur la fortune comme " malvenue et incongrue ", tout en renouvelant sa confiance à " une combattante loyale ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL