La manifestation des gilets jaunes à Bruxelles dérape — Photos

Claudine Rigal
Décembre 2, 2018

Le cortège a ensuite progressivement grossi, parcourant les rues du centre en tentant à plusieurs reprises de se rapprocher des bâtiments officiels défendus par des cordons de police. Le journaliste a filmé une partie de son interpellation, à laquelle il s'opposait (à partir de 1h15'58 sur la vidéo). Ils scandaient des slogans contre le gouvernement tels que " Michel, t'es foutu " ou " Michel, t'es dans la rue " La tentative a dégénéré, d'après la ville de Bruxelles, lorsque des manifestants ont lancé des projectiles vers les forces de l'ordre. "I l filmait des policiers qui avaient encerclé les manifestants (.)". Remy Buisine aura passé 30 minutes poings liés, escortés par des policiers. "Ce n'est pas normal (.)". La situation est tout aussi tendue chez nos voisins belges. Après avoir bloqué une sortie du Tunnel Loi avec du matériel de construction, les gilets jaunes se sont déplacés vers le carrefour Arts-Loi. Les dernières infos avec Rémy Buisine sur place.

"Pas d'impunité pour les violences inadmissibles à #Bruxelles. Les casseurs et les pilleurs devront être sanctionnés", a tweeté Charles Michel.

Les violences à l'égard de la police "qui fait chaque jour de son mieux pour protéger les citoyens et la société sont incompréhensibles", a estimé de son côté le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA). "C'est scandaleux", a-t-il ajouté. En fin d'après-midi le calme était revenu au pied des institutions européennes, où les forces de l'ordre étaient déployées en nombre. "Toute personne continuant de manifester est susceptible d'être arrêtée", a affirmé le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS).

Le gouvernement français ne parvient pas à organiser une concertation avec le mouvement populaire et multiforme des "gilets jaunes", à la veille de leur troisième week-end de mobilisation pour le pouvoir d'achat, un phénomène qui a fait pour la première fois tâche d'huile dans une autre capitale européenne: Bruxelles.

Il s'agit de la première manifestation appelée à Bruxelles, via les réseaux sociaux, sans meneur revendiqué. Ce premier rassemblement organisé dans la capitale belge a été émaillé par quelques incidents. Il avait invoqué "un cahier des charges trop important" imposé par la police, et un service d'ordre selon lui impossible à constituer comme demandé.

Un nouvel événement " Bruxelles Gilets jaunes & gele hesjes " a été créé sur Facebook et est de plus en plus partagé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL