La police recommande l'inculpation du premier ministre | JONAH MANDEL | Moyen-Orient — Israël

Claudine Rigal
Décembre 4, 2018

"Les recommandations de la police n'ont aucune valeur juridique", a-t-dit.

Le texte recommande, dimanche 2 décembre 2018, l'inculpation de Benyamin Netanyahou ainsi que de sa femme Sara. Celui-ci est soupçonné d'avoir tenté de s'assurer une couverture bienveillante de la part du site d'information Walla, en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, principal groupe de télécommunications israélien, propriétaire de Walla.

Le Premier ministre avait déjà immédiatement réagi et rejeté les conclusions de la police affirmant qu'elles n'étaient pas "légales". Quelques heures plus tôt, la police israélienne rendait publiques ses conclusions dans le "dossier 4000", dit aussi l'affaire télécom. Selon lui, "les autorités compétentes, après avoir examiné la question, parviendront à la même conclusion: qu'il n'y a avait rien parce qu'il n'y a rien".

En échange, M. Elovitch, ami proche du Premier ministre, aurait demandé à Walla d'accorder une couverture médiatique favorable aux Netanyahou, toujours selon la police. Il a été entendu plus d'une dizaine de fois en tant que suspect ou témoin dans différents dossiers.

Fragilisé par la démission de son ministre de la Défense et par une majorité qui ne tient qu'à un fil, Benyamin Nétanyahou se retrouverait dans une situation difficilement tenable en cas d'inculpation. "Merci beaucoup mais vous devez prendre cela bien plus sérieusement que je ne le fais", leur a-t-il répondu lors du Conseil des ministres hebdomadaire.

Mais M. Netanyahou jouit d'une solide popularité, et surtout, fait face à une opposition qui ne semble pas en mesure de le battre si des élections étaient organisées aujourd'hui. Le chef du gouvernement n'a pas été mis en cause dans cette affaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL