L'Algérie serait-elle l'autre berceau de l'humanité — Découverte archéologique

Alain Brian
Декабря 1, 2018

Va-t-il falloir réécrire les livres de biologie?

En Algérie, à 100 kilomètres de la mer Méditerranée, des archéologues ont découvert des outils en pierre taillée remontant à 2,4 millions d'années, remettant en cause le statut d'unique berceau de l'humanité de l'Afrique de l'Est. Et ils ressemblent exactement à ceux dits Oldowan, trouvés jusqu'alors principalement en Afrique de l'Est. Ils ont aussi déterré à proximité des dizaines d'ossements animaux fossilisés, présentant ce qui ressemble à des marques d'outils de boucherie préhistoriques.

En plus de ces équipements, l'équipe internationale d'archéologues a pu découvrir sur des fossiles d'ossements d'ancêtres de crocodiles, de girafes, d'éléphants et d'hippopotames, des traces qui seraient des traces d'outils comme s'il s'agissait d'outils de boucherie.

Et si l'Afrique de l'Est n'était finalement pas le berceau de l'Humanité? C'est là qu'on a retrouvé le squelette partiel de Lucy, l'australopithèque - désormais considéré comme comme branche collatérale du genre Homo, et pas un ancêtre - qui remonte à 3,2 millions d'années.

À Aïn Hanech, les dates fournissent " une preuve convaincante des outils de pierre et des os taillés marqués vers 2 millions d'années ou plus ", déclare le géochronologue Warren Sharp pour Science. La découverte faite à Aïn Boucherit, annoncée jeudi, rivalise désormais avec cette période.

Selon les chercheurs, cela pourrait signifier que les techniques d'outils sont rapidement sorties d'Afrique de l'Est. Une autre hypothèse avancée par les chercheurs évoque: " Un scénario d'origines multiples des anciens hominidés et des technologies lithiques, à la fois en Afrique de l'Est et du Nord ". "Le site d'Ain Lahnech est le deuxième plus ancien au monde après celui de Kouna en Ethiopie qui remonte à 2,6 millions d'années, considéré comme le berceau de l'humanité", explique le professeur Mohamed Sahnouni, qui a dirigé l'équipe de recherche et travaille depuis des années sur ce site. Aucun reste humain n'a été découvert.

La découverte ouvre la perspective de trouver " plus de matériaux archéologiques en Afrique du Nord et dans le Sahara ", écrivent les chercheurs dans leur article, validé scientifiquement par un comité de lecture. La conférence a été marquée par la présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar ainsi que le conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi et l'ambassadeur d'Espagne à Alger qui ont distingué au terme de la soirée les chercheurs archéologues ayant contribué à cette découverte.

D'autres rapports

Discuter de cet article