Le gouvernement n’exclut pas d’abandonner la réforme de l’impôt sur la fortune

Xavier Trudeau
Décembre 5, 2018

Deux semaines après le début du mouvement des Gilets jaunes, la sortie du conflit s'annonce compliquée pour le gouvernement. On a entendu, on suspend, on va chercher des solutions ensemble.

"Nous allons évaluer la transformation de l'ISF en IFI et si l'évaluation montre que des capitaux ne sont pas suffisamment injectés dans l'économie française, je proposerai de rétablir l'ISF", explique Schiappa.

L'exécutif se déploie ce mercredi à l'Assemblée et dans les médias pour défendre ses mesures visant à apaiser la crise des "gilets jaunes", alors que se profile le risque d'un nouveau week-end de violences. Symbole de la politique de l'offre du gouvernement, le remplacement de l'ISF par l'IFI a valu à Emmanuel Macron d'être étiqueté comme le " président des riches " par les oppositions. "(.) Si on ne trouve pas de solution, on y renoncera", a insisté le porte-parole du gouvernement. Réformé et renommé en " impôt sur la fortune immobilière", cet impôt, très impopulaire chez les Français les plus aisés, " pourrait faire l'objet d'une évaluation à l'automne 2019 ", annonce-t-il. Il a ajouté que le gouvernement ne faisait pas de la politique "pour avoir raison" mais "pour que ça marche". Et d'ajouter: " Si une mesure qu'on a prise - qui coûte de l'argent public mais qu'on a prise parce qu'on est persuadé que ça va marcher - (.) si quelque chose ne marche pas, on n'est pas idiots, on va le changer.

Preuve, malgré tout, que les discussions sont loin d'être achevées, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, interrogée sur RMC ce matin, affirmait que le rétablissement de l'ISF n'avait " été dit par personne ".

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, est prête à proposer de "rétablir l'ISF" si les évaluations du nouveau dispositif qui le remplace ne sont pas concluantes, selon un communiqué de son cabinet publié mercredi.

"Il faut évaluer l'impact, c'était prévu", a déclaré sur LCI la ministre du Travail Muriel Pénicaud, répondant à la question d'un possible rétablissement de l'ISF: "Ou autre chose".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL