L'Eglise béatifie en Algérie 19 religieux catholiques assassinés

Claudine Rigal
Décembre 8, 2018

Avec ces trappistes, ce sont toutefois "dix-neuf martyrs d'Algérie", dont six religieuses, qui vont être béatifiés ce samedi 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception pour l'Église catholique. "Rendre hommage aux 19 martyrs chrétiens, dit le père Georgeon qui a plaidé le cas à Rome pour la béatification, signifie rendre hommage à la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie en Algérie dans les années 1990".

Cette cérémonie se voulait une cérémonie de partage entre chrétiens et musulmans, un mot d'ordre qui avait été répété, vendredi soir, lors la veillée, par les proches des religieux décédés mais aussi par les responsables de l'Eglise d'Algérie.

Dans un message lu à la cérémonie par Mgr Becciu, le Pape François a souhaité que "cette célébration aide à panser les blessures du passé et crée une dynamique nouvelle de la rencontre et du vivre ensemble à la suite de nos bienheureux".

Mgr Pierre Claverie, dominicain et archevêque d'Oran, fervent partisan du dialogue avec l'islam, a été tué en 1996 par une bombe avec son jeune chauffeur algérien.

Des milliers de pèlerins venus des quatre coins du pays, de même que des familles, des amis sont venus assister à la grande messe de célébration des "Bienheureux" animé par l'envoyé spécial du Pape François, le cardinal Angelo Becciu, sur l'esplanade de la chapelle Notre-Dame de Santa-Cruz qui surplombe Oran et son port. Un important dispositif sécuritaire est déployé autour de la ville ou la minorité chrétienne est souvent la cible des musulmans radicalisés. Dans le public, des religieux qui étaient présents à Tibéhirine le soir de l'enlèvement des moines et les familles de ceux qui sont décédés, des membres de l'église, des officiels algériens, une délégation du Vatican ainsi que le secrétaire d'Etat français aux Affaires étrangères. "Ils veulent, en même temps, prendre dans leur prière tous les fils et filles de l'Algérie qui ont été, comme eux, victimes de la même violence".

Tous refusèrent, malgré les risques, de quitter l'Algérie et sa population, avec qui ils se disaient profondément liés.

"Nous ne voulions pas d'une béatification entre chrétiens, car ces frères et sœurs sont morts au milieu de dizaines et dizaines de milliers d'Algériens" musulmans qui ont péri durant la décennie (1992-2002), a expliqué Mgr Desfarges.

"Cet événement, nous musulmans, nous y associons avec beaucoup de joie", a expliqué un imam d'Oran, Mostapha Jaber, à la Grande Mosquée.

"Ces gens ont passé leur vie au milieu de gens du pays, à leur donner ce qu'ils pouvaient leur offrir", a expliqué à l'AFP le père Thierry Becker, curé d'Oran depuis 1962, année de l'indépendance de l'Algérie et ancien adjoint de Mgr Claverie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL