Les anneaux de Saturne amenés à disparaître, avertit la NASA — Actualites

Alain Brian
Декабря 23, 2018

L'activité solaire et la lumière ultraviolette auraient également chargé les particules des anneaux en électricité, ils sont alors attirés comme des aimants par Saturne vers son atmosphère.

Le débit de cette pluie oscille ainsi entre 432 et 2870 kg par seconde, selon les calculs de la NASA, cela implique une disparition totale des anneaux de Saturne d'ici 300 millions d'années, ce qui peut paraitre long pour l'homme est en réalité très court à l'échelle de l'univers, Saturne étant âgée de 4 milliards d'années. Dans le détail, la perte d'eau des anneaux est provoquée par l'impact des rayons ultraviolets du Soleil et des nuages de plasma qui les bombardent en permanence, explique le magazine.

Les anneaux, composés à plus de 90 % d'eau de glace, en seraient donc à la moitié de leur vie. Elles sont alors captées par le champ magnétique de Saturne. Et la gravité de la planète les ramène vers elle.

Les spécialistes surnomment ce phénomène "la pluie des anneaux " sur Saturne. "La quantité d'eau des anneaux déversée sur la planète pourrait remplir l'équivalent d'une piscine olympique toutes les trente minutes", précise l'étude de la NASA. Ces structures circulaires n'ont pas toujours existé.

Nous ne serons certainement plus là pour voir la transformation de Saturne, mais la planète est bel et bien en train de perdre ses anneaux à un rythme qui correspond au pire des scénarios estimés il a déjà plusieurs décennies grâce à données des sondes Voyager 1 et 2. Mais si on y ajoute la mesure, effectuée par la sonde Cassini, des quantités de matière issues des anneaux qui tombent vers l'équateur de Saturne, alors ceux-ci ont moins de 100 millions d'années à vivre. Une des principales théories suppose qu'ils résulteraient de collisions d'astres.

L'iconique système d'anneaux de Saturne, la géante gazeuse, devrait disparaître au plus tard d'ici 300 millions d'années, selon un groupe de chercheurs de la NASA. Mais ils ne sont pas uniques en leur genre.

D'autres rapports

Discuter de cet article