Maria Pacôme (Les Sous-Doués) : Mort de la surdouée des rôles comiques

Pierre Vaugeois
Декабря 1, 2018

Elle subsiste en étant vendeuse dans un magasin de chaussures.

Elle même ne commence sa carrière de comédienne que six ans plus tard, après son divorce d'avec Maurice Ronet.

" Ma mère est décédée ce samedi à 16h00, des suites d'une longue maladie ", a déclaré François Pacôme qui ne savait pas encore où et quand auraient lieux ses obsèques. Quand le succès arrive, la comédienne décide de se retirer pour ne pas éclipser son mari et se convertit à la poterie, une passion qui ne la quittera jamais, comme la peinture. Elle en viendra aussi à se faire dramaturge et s'écrire ses propres rôles, dès la fin des années 1977: Apprends-moi Céline, Le Jardin d'Eponine, On m'appelle Émilie (avec un tout jeune Patrick Bruel), Les Seins de Lola, Et moi et moi (avec son fils François), Les Désarrois de Gilda Rumeur, ou encore L'Éloge de ma paresse, son spectacle seul en scène, au début des années 2000. Elle-même se définit plutôt comme "une inquiète insouciante" qui "aime furieusement la vie". De cette union naitra leur fils François, lui aussi comédien, en 1965. Elle a notamment été à l'affiche des films "Les tribulations d'un Chinois en Chine" de Philippe Broca (1965), "Les sous-doués" de Claude Zidi (1980) et "La crise" de Coline Serreau (1992) pour lequel elle avait été nommée au César du meilleur second rôle féminin. Après des débuts sur les planches, elle avait connu le succès au cinéma des comédies populaires avant de devenir un visage familier du petit écran dans la série "Docteur Sylvestre" diffusée sur France 3.

Un dialogue devenu culte qui a immortalisé une voix désormais reconnaissable entre mille, pour celle qui en 2001, à près de 80 ans, rêvait cependant toujours d'"un très beau rôle au cinéma".

Après avoir publié son autobiographie en 2007 "Maria sans Pacôme", c'est au théâtre qu'elle finit par revenir une dernière fois l'année suivante, aux côtés de Jean Piat dans "La Maison du lac", un grand succès de Broadway des années 70, surtout connu pour son adaptation au cinéma en 1981 avec Henry Fonda et Katharine Hepburn.

D'autres rapports

Discuter de cet article