Opération israélienne à la frontière libanaise contre des tunnels du Hezbollah

Claudine Rigal
Décembre 4, 2018

"Israël est au courant de l'existence d'un certain nombre de tunnels traversant la frontière nord de l'État hébreu depuis le Liban", a déclaré le colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée. "Nous avons lancé l'opération Bouclier du nord pour mettre au jour et déjouer la menace des tunnels d'attaque de l'organisation terroriste Hezbollah conduisant sous la frontière du Liban vers Israël", a-t-il dit.

La Force de l'ONU au Liban (Finul) a annoncé mardi avoir augmenté ses patrouilles à la frontière avec Israël, en coordination avec l'armée libanaise, quelques heures après l'annonce par l'Etat hébreu de cette opération. Mais le discours israélien a récemment évolué pour dénoncer davantage les activités du Hezbollah et de l'Iran au Liban. "Nous agissons avec détermination pour empêcher l'enracinement de l'Iran en Syrie (.) nous agissons aussi contre les agissements terroristes de l'Iran au Liban".

Il a ajouté qu'il avait demandé à la représentation israélienne à l'ONU "d'exiger une réunion urgente du conseil de sécurité pour discuter de l'agression" du Hezbollah.

Il n'a pas spécifié le nombre exact des souterrains, ni indiqué comment ni quand les tunnels avaient été découverts.

L'armée a établi une zone militaire fermée dans le secteur concerné, proche de la ville israélienne de Metula, mais aucune consigne spécifique n'a été délivrée aux civils israéliens, a-t-il ajouté.

Israël lance une opération à sa frontière avec le Liban contre des tunnels du Hezbollah
Résurgence des tensions à la frontière entre le Liban et Israël

De la machinerie israélienne à l'oeuvre à la hauteur du village libanais de Kfar Kila, situé le long de la frontière du Liban-Sud. Les troupes déployées à la frontière avec le Liban ont été mises en état d'alerte.

Israël a par le passé livré plusieurs guerres au Hezbollah dont la dernière en 2006, et considère le mouvement comme la menace la plus sérieuse à sa frontière.

Le 17 septembre, lors d'une de ces opérations israéliennes, des batteries syriennes ont abattu par erreur un avion russe, provoquant la mort des 15 soldats russes à bord et remettant en cause la liberté d'action revendiquée par Israël en Syrie.

Premièrement, Israël avait laissé croire qu'il s'attaquerait aux usines de perfectionnement de missiles situées près des côtes méditerranéennes et surtout, l'opération déclenchée par Tsahal laisse le Hezbollah devant un dilemme quasi insoluble: assister sans réagir à la destructions de l'un des pans principaux de son dispositif stratégique face à Israël, ou répliquer malgré les nombreux avertissements d'Israël et accorder ainsi à Tsahal l'occasion de représailles extrêmement fortes.

Le cessez-le-feu conclu avec le Hamas avait conduit à la démission du ministre de la Défense Avigdor Lieberman, et failli causer des législatives anticipées.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL