Pacte de l'Onu sur les migrations: fin de la réunion en comité ministériel restreint, la crise couve

Claudine Rigal
Décembre 4, 2018

Bart De Wever et la N-VA ne veulent pas du pacte migratoire. Le gouvernement est sous pression à six mois des élections.

Le gouvernement fédéral est divisé sur la question du Pacte.

Le gouvernement qui va à Marrakech n'a pas le soutien de la N-VA.

Il demande que l'on continue à rechercher des solutions au sein de l'équipe Michel.

"Trahison silencieuse", "submersion organisée de notre pays": Marine Le Pen a durement évoqué lundi lors d'une conférence de presse, le pacte de Marrakech sur les migrations dans le monde, que doit ratifier Emmanuel Macron le 10 décembre prochain. Approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies en juillet dernier, le pacte veut notamment s'assurer que les migrants possèdent tous une preuve d'identité légale et veut améliorer la disponibilité des voies de migrations régulières. Le MR, l'Open Vld et le CD&V soutiennent l'adoption du texte alors que la N-VA s'y oppose.

Mardi, la commission des Relations extérieures de la Chambre se réunit pour examiner des propositions de résolution de l'opposition demandant au gouvernement d'approuver sans réserve le Pacte.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL