Piratage d'un site du ministère des Affaires étrangères

Xavier Trudeau
Décembre 15, 2018

Les données figuraient dans les fichiers de la plateforme Ariane, qui permet aux personnes désireuses de voyager à l'étranger de recevoir des alertes liées à la sécurité de leur déplacement.

Les noms, prénoms, numéros de téléphone portable et adresse mail des voyageurs ont été exposés, mais pas leurs destinations de voyage, ni le nom des personnes à prévenir en cas de besoin, a appris Reuters auprès du Quai d'Orsay.

Le ministère français des Affaires étrangères annonce avoir été touché par une cyberattaque.

La Commission nationale de l'informatique et les libertés (CNIL) a été saisie par le ministre et une enquête semble actuellement ouverte. Bien que le ministère rassure dans le communiqué de presse que les données compromises ne comprennent pas de données sensibles, financières ou susceptibles de dévoiler les destinations des voyages déclarées dans Ariane, les pirates ont quand même de quoi exploiter dans le cadre de campagnes de phishing par exemple. Plusieurs personnes ont reçu un mail à l'en-tête, "mesdonnees.ariase@diplomatie.gouv.fr", avec un message clair, "A la suite d'un piratage informatique, certaines de vos données personnelles confiées au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères ont été dérobées". "Des données personnelles enregistrées" sur cette plateforme "ont été dérobées" et "pourraient donner lieu à des utilisations détournées", selon le communiqué. Le ministère explique avoir travaillé avec l'Anssi afin de renforcer la sécurité de la base de données affectée par l'attaque et a mis en ligne une page dédiée contenant une FAQ qui apporte plus de précisions sur l'attaque. "Des messages d'information aux personnes concernées sont également en cours d'envoi". Au total 540 563 personnes auraient été touchées et pourraient alors être visées par des opérations d'hameçonnage ou d'escroquerie.

Des mesures techniques ont été mises en oeuvre "immédiatement par des informaticiens sur les serveurs pour sécuriser le site, qui continue à fonctionner ", a-t-on ajouté du côté du ministère. "Ces incidents ne remettent pas en cause sa fiabilité et son utilité pour la sécurité des déplacements des Français à l'étranger ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL