Toujours moins de généralistes, toujours plus "d'inégalités territoriales" — Médecins

Evrard Martin
Décembre 7, 2018

La diminution du nombre de médecins généralistes s'aggrave, en particulier dans certains territoires déjà délaissés. Autre évolution de la profession: la part de médecins salariés. Depuis 2010, le chiffre a chuté de 10%. Le nombre de médecins généralistes a encore baissé de 0,4 % en 2017 après un recul de 0,8 % l'année précédente, selon l'Atlas démographique annuel du Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) publié ce mardi. Si ses nombreux enseignements ne témoignent pas d'une santé de fer, l'espoir subsiste. S'ils étaient 94 261 en activité régulière en 2010, ils ne sont plus que 87 801 en 2018, soit une baisse de 7,3% depuis 2010.

Plus 0,71% dans le Calvados. Par contre, bien qu'un léger rajeunissement des médecins est noté en un an, passant d'une moyenne d'âge de 51,2 ans à 50,8 ans, le renouvellement générationnel n'a pas vraiment lieu: 24 % des omnipraticiens sont âgés de plus de 60 ans contre seulement 21 % en dessous de 40 ans.

Les médecins retraités qui continuent cependant à exercer sont aussi de plus en plus nombreux. Dans 11 départements, il y a même une une part majoritaire de femmes au sein des médecins inscrits en activité régulière, en particulier en région Île-de-France. 47 % d'entre eux le sont, au détriment de l'exercice libéral (42 %) ou mixte (11 %). Les inégalités territoriales se creusent. Pourtant, la France compte de moins en moins de généralistes. Entre 2010 et 2018, cette densité baisse partout, mais dans des proportions très différentes: - 9,8 % dans les départements favorisés contre - 19,8 % dans les moins favorisés. Fait révélateur des limites des politiques publiques qui se veulent non contraignantes, les nouveaux médecins se répartissent encore et toujours au sein des mêmes zones: l'arc atlantique, la bordure (.) Lire la suite sur Liberation.frDes concessions en rase campagne " La Corse ne peut pas être une terre de non-droit.

En orange et jaune sur la carte, les départements où le nombre de médecins à augmenté depuis l'an dernier.

La carte de l'attractivité: en rouge l'Orne la Manche et la Seine-Maritime
La carte de l'attractivité: en rouge l'Orne la Manche et la Seine-Maritime

A l'inverse, on distingue une " diagonale de l'intérieur ", allant du Sud-Ouest au Nord Est de l'Hexagone, qui, elle, perd ses médecins.

Face à ce constat, le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) tire la sonnette d'alarme: " Notre système de santé exige, de façon urgente, une réforme en profondeur et cohérente.

Il se dit satisfait des annonces du président de la République mais s'engage à faire des propositions concrètes au début de l'année 2019 sur les dix chantiers retenus dans le cadre du plan "Ma santé 2022 ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL