1.200 manifestants ont commencé à se rassembler à Bourges — "Gilets jaunes"

Claudine Rigal
Janvier 12, 2019

Les horodateurs vont été retirés de l'hyper-centre de la ville et de nombreux lieux publics, dont la mairie et plusieurs jardins, seront fermés, alors que les illuminations de Noël ont été retirées de certains points de la ville, comme l'a indiqué le quotidien local Le Berry Républicain.

Alors, comme il vaut mieux prévenir que guérir, la préfecture du département du Cher a annoncé que toute manifestation de "gilets jaunes" sera interdite samedi dans le centre-ville de Bourges. Deux mois après la première mobilisation, le mouvement reste protéiforme et les figures de son "canal historique" n'ont pas la même stratégie pour l'acte IX.

De premiers heurts ont émaillé samedi après-midi la manifestation des " gilets jaunes " à Paris, dans le secteur des Champs-Elysées et autour de l'arc de Triomphe.

"Le rendez-vous était devant Bercy pour demander à Darmanin et toute la clique du gouvernement plus de pouvoir d'achat dans le portefeuille", explique à l'AFP Gérald, un intérimaire de 44 ans venu de Dijon. "Ensuite on part faire du shopping dans Paris vers les grands magasins, les Champs-Elysées", shopping "symbolique" "parce que nous on n'a pas les moyens", a-t-il ajouté. La préfecture de police indique que ce matin, dans la capitale, une vingtaine de personnes ont été interpellées à Paris, à la suite de contrôles (port d'arme prohibée, participation à un groupement en vue de commettre des violences).

Vendredi, le chef de l'Etat a appelé au contraire les Français à se saisir de la "très grande opportunité " que représente le grand débat, qui doit débuter mardi. Une autre estime que le choix de ville est une erreur: "C'est quoi ces conneries de faire des manifestations à la campagne?" "Ne nous arrêtons pas de rêver", leur a lancé Maxime Nicolle.

Vendredi, la préfète du Cher a notifié par arrêté préfectoral que toute manifestation serait interdite dans le centre historique de la ville de Bourges, où le collectif " la France en colère " a appelé à se rassembler pour l'acte 9, ville choisie pour sa centralité géographique.

"Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté", a dit M. Macron.

"Paris, c'est là qu'il y a les grandes entreprises du CAC 40, les médias, on sera plus visibles", juge Arnaud, 48 ans, gilet jaune de Seine-et-Marne. Deux ou trois policiers en civil ont été frappés à coups de poing par des manifestants avant de se mettre en sécurité.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, qui a annoncé lundi un durcissement de la loi à l'encontre des casseurs en réponse aux violences ponctuant les défilés, a prévu de déployer 80.000 forces de l'ordre sur tout le territoire, dont 5.000 à Paris.

Les images des émeutes dans les rues de Paris notamment le 1er décembre avaient choqué en France mais aussi à l'étranger, entrainant un recul du nombre de touristes dans la capitale ces derniers mois. Que fera la frange "pacifique" des Gilets jaunes?

Comme lors des précédentes journées d'action nationale, d'autres manifestations sont prévues dans plusieurs villes, ainsi que des blocages.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL